Messages

Affichage des messages du octobre, 2008

Le deuil des tomates cerises

Image
Alicia a adoré manger des tomates cerises tout l'été. Ce fut une des plus belles réussite du jardin. La variété semée était la 'Matt's Wild Cherry', semence bio achetée chez La Société des plantes. Un pur délice en bouche ! Une explosion de petite chair sucrée et ferme. Alicia, en tout cas, a en mangé sans broncher ! Je dirais même que c'était la principale raison pour laquelle elle aimait sortir dans le jardin !
****
Mes dernières tomates mûrissent à présent sur le frigidaire dans un sac de coton. C'est fois-ci, c'est la variété ukrainienne 'Cosmonaut Volkov', toujours dénichée chez la Société des plantes. Elle a remporté la palme des "Oh !" et des "Ah!" par la grosseur de son fruit et elle aussi, à l'instar de la cobée, elle n'est pas frileuse. Une tomate potelée à la chair rouge tendre doucement sucrée. Une autre belle réussite.

Une cobée pas frileuse !

Image
Notre cobée (Cobaea scandens) semée à l'intérieur puis plantée près du mur de la cuisine, fleurit encore ! Les gelées ne semblent pas encore l'affecter et son feuillage, qui a tourné au pourpre depuis deux mois, égaye la porte-patio. Une plante vigoureuse ( et pas frileuse) que j'affectionne particulièrement depuis 3 ans. Le premier plant que j'ai eu nous avait été offert par mon amie Heidi Nydegger, qui est aussi horticultrice et sait où trouver des annuelles exceptionnelles. C'était la première fois que j'essayais la cobée en semis et de beaux plants vigoureux en sont nés. C'est une plante à adopter !

Le repos du jardin

Mardi 28 octobre, au soir. C'est avec surprise que nous apercevons qu'une mince couche de neige a eu l'audace de se déposer sur St-Timothée. "Ouf !" que je me suis dis, "une chance que j'ai planté mes bulbes !" Effectivement, j'ai mis en terre quelques bulbes, rien de très "fancy" : des scilles et des jonquilles. J'avais souvent entendu parlé que la plupart des bulbes se faisaient déterrer et bouffer par ces petits rongeurs frustrants que sont les écureuils. Je me souviens d'un automne où j'ai participé à une plantation monstrueuse de bulbes pour une cliente d'une designer ( la facture portait un joli nombre de 4 chiffres, rien que pour les bulbes !). La particularité de cette plantation ? On avait ajouté à certains massifs de bulbes des cheveux humains précédemment récoltés chez une coiffeuse ! Ils étaient supposés éloigner les écureuils...Ce qui ne marcha qu'à moitié !

Alors, quoi de plus sûr que de planter des nar…