mardi 16 août 2016

Il (a) fait chaud, parlons déo

Il y a un réel plaisir et une fierté énorme à retirer de la confection de nos produits cosmétiques. D'abord, on s'amuse, souvent on économise et parfois ben, c'est meilleur pour notre santé (à consulter 12 ingrédients à éviter dans les produits de beauté). Sans m'aventurer dans le débat sur les possibles effets néfastes de la présence d'aluminium contenu dans les déodorants commerciaux, j'ai une nette préférence pour l'utilisation d'un déodorant naturel dont je connais les substances. Bon, maintenant vous le savez !
Déodorant naturel. Photo par Jasmine Kabuya Racine.
Et depuis plus d'un an, je le fabrique selon une recette que je veux vous partager parce que je la considère épatante, facile à faire et efficace. Même lors des journées chaudes ce déodorant naturel demeure leur meilleur allié des aisselles. Bien sûr, il m'est arrivé à l'occasion d'en ajouter une seconde fois dans la journée après du sport ou durant la canicule. Autrement, au quotidien les odeurs moins plaisantes sont très bien camouflés par ce déodorant.

Mais la réelle raison pourquoi j'en parle sur mon blogue, c'est parce que j'y ajoute en bonne quantité une plante de mon jardin. Une plante à la croissance généreuse, qui aime le soleil ainsi qu'un sol ordinaire et dont les usages non-culinaires sont parfois moins connus. Une plante que vous possédez probablement.

Il s'agit de la sauge officinale (Salvia officinalis). Les photos précédentes vous donnaient des indices!
La sauge en fleur est magnifique et attire les pollinisateurs.
Personnellement, je trouve que l'ajout de sauge rend le déodorant plus efficace et retarde l'apparition des mauvaises odeurs, surtout si notre déodorant ne contient pas d'huiles essentielles. Ses propriétés désinfectante, antisudorale et cicatrisante sont vraiment intéressantes à exploiter sous nos aisselles.
Sauge officinale.

Déodorant naturel je-le-fais-moi-même

Donne deux déodorants, un de format régulier + un petit format ou un grand pot

Ingrédients
  • 2 cuillères à soupe de beurre de karité
  • 2 c. à s. d'huile de noix de coco
  • 1 à 2 c. à s. de cire d'abeille (selon la saison: l'été, il est nécessaire d'en mettre un peu plus que l'hiver, car la température ambiante ramollit ou durcit le déodorant)
  • 1/4 de tasse de bicarbonate de soude
  • 2 c.s. de fécule de maïs
  • Facultatif*: 20 à 40 gouttes d'huile essentielle comme: lemongrass (antiseptique, une de mes favorites), géranium (régénérant cutané, cicatrisant, antibactérien), lavande (calmant, anti-inflammatoire, cicatrisant, régénérant cellulaire), tea tree (antibactérien, antifongique, antiseptique), sauge sclarée (traite la transpiration excessive).
  • une poignée de feuilles de sauge fraîche
Démarche
- Faire fondre au bain-marie le beurre de karaté, l'huile de noix de coco et la cire. 
- Ajouter les feuilles de sauge et mettre de côté le mélange. Laisser reposer plusieurs heures ou toute la nuit.
- Ensuite, refaire fondre le mélange. Quand c'est redevenu liquide, filtrer le mélange afin de le séparer des feuilles. Les presser d'un ustensile pour extirper le maximum du liquide.
- Ajouter le bicarbonate de soude, la fécule de maïs et les huiles essentielles si désiré. Bien mélanger.
- Déposer dans le contenant désiré. Si ce dernier est en plastique, attendre que le mélange refroidisse avant de verser.

Pour ma part, je préfère maintenant mettre le tout dans un large pot et j'applique le déodorant avec des doigts propres, comme une crème. J'avais trop de perte quand le je mettais dans un tube récupéré.

Important : si le déodorant irrite la peau, cessez son utilisation.

+ Pour découvrir d'autres recettes de produits cosmétiques à confectionner soi-même:



*NOTE: assurez-vous que les huiles essentielles proposées sont sans effets négatifs pour votre santé. Les huiles essentielles nommées dans mon billet sont référées à des articles vous indiquant les propriétés et les contre-indications.

dimanche 14 août 2016

Rare pétunia rouge du Brésil à Valleyfield

Les moments de pluie sont d'excellentes occasions pour trier mes photos et les nommer. Alors que je cherchais à écrire avec exactitude le nom latin d'un pétunia rouge dont j'ai reçu des semences l'hiver passé par Nancy J. Ondra, je suis tombée sur un étonnant article du journal britannique The Gardian: le pétunia qui pousse délicatement dans le pot sur le stationnement est sur la voie de la disparition dans son habitat naturel!

Petunia exserta. C'est le nom de cette plante endémique au sud de Brésil (tiens, alors que le pays est sous les projecteurs des Olympiques!) qui possède deux caractéristiques qu'il ne partage pas avec d'autres pétunias: sa corolle est rouge et il a évolué pour être pollinisé par les colibris. La diminution dangereuse de sa présence dans son pays d'origine vient du fait que Petunia axillaris (et bien d'autres pétunias) s'hybride facilement avec lui (les rejetons ne sont donc pas de purs Petunia exserta). Par ailleurs, la destruction de son habitat et les changements climatiques nuisent à sa survie.

Depuis son dernier dénombrement dans son milieu naturel par des scientifiques en 2007, où seulement 14 individus persistaient à survivre,  des Américains et des Britanniques ont entrepris de le cultiver et de le vendre pour sa jolie présence et surtout, pour le sauver de l'extinction. 

Toutefois, il y a une précaution à prendre lorsqu'on le cultive pour sa sauvegarde: il faut éviter de le faire croître à proximité d'autres pétunias pour conserver la pureté de ses semences. 

Ça tombe bien, cet été aucun autre candidat du genre s'est vu octroyé une place dans mes plates-bandes et potées. Et avec un peu de chance, j'aurais des semences à partager! Si vous en désirez, écrivez-moi en privé (voir mon profil pour mon courriel).

samedi 23 juillet 2016

Fous de petits fruits

Juillet aura été pour la première fois abondant en petits fruits du jardin. Les framboisiers Héritage et l'amélanchier nous auront fournit du sympathiques collations à toute la famille et parfois aux invités.

Cueillies au déjeuner le 8 juillet, ces petits fruits furent un vrai petit régal.
Les framboises ont eu peu de temps pour rougir: les enfants préféraient en manger malgré qu'elles étaient pâlottes!
Les framboises sont produites sur les branches de l'an passé. C'est pourquoi il faut laisser de nouvelles branches pousser pour une récolte future et tailler celles qui ont produites et ne produiront plus.
Quant aux amélanches, nous avons enfin pu en déguster grâce au filet apposé quelques jours avant le début du mûrissement. Autrement, ce sont les oiseaux, dont le jaseur des cèdres, qui ripaillaient sans partager! À mon avis, le fruit a la saveur d'un bleuet en plus sucré. Il a une texture ferme et croquante avec ses petites graines. Un délice indigène à découvrir!

Et vous, quels fruits cultivez-vous sur votre terrain?

jeudi 21 juillet 2016

Coupe-bordure dernier cri testé et concours pour le gagner!

Quand il est question de séparer une plate-bande du gazon, êtes-vous du type bordure de plastique, de pierre, de pavé, de bois ou «nature», c'est-à-dire avec aucun élément de séparation?

Pour ma part, je suis de type «nature», quoique certaines parties du jardin ont une bordure de pierres des champs. Autrement, pour conserver une effet de netteté à la plate-bande, nous utilisons au moins 2 fois par année le coupe-bordure (aussi appelé demi-lune). Avec un petit angle de 45 degrés vers moi, je tranche la pelouse et lui signifie, ça «c'est ton territoire et l'autre côté c'est pas-touche!» Mais elle désobéit, c'est évident.
On aime les belles bordures entre la plate-bande et la pelouse.
Je me suis fait offrir d'essayer un nouvel outil Garant et j'ai jeté mon dévolu sur leur coupe-bordure à lame dentelée. Justement pour mieux dompter la pelouse! Le coupe-bordure Garant est tout en métal et son manche est recouvert de poignées de plastique rouge légèrement coussiné. Finalement, la demi-lune est formée de  petites dents «pour trancher le sol aisément» indique-t-on sur l'étiquette. 


Avant de le tester, je m'imaginais qu'il devait trancher mieux que mon coupe-bordure traditionnel puisqu'il avait des dents. Et j'étais déjà convaincue que le manche allait aussi faciliter la prise de l'outil.

Alors, après le test quel est le verdict?

Nous avons été 3 à le tester: une connaissance, mon conjoint et moi-même. Nous avons tous conclu que l'outil ne tranchait pas mieux que le coupe-bordure à lame lisse. Là où l'outil performe, c'est dans la prise qu'il donne. Mon conjoint, qui aime bien la tâche de trancher des bordures (!) a apprécié que ses mains soient sur un manche en longueur plutôt que sur une petite poignée. Cela assure une excellente stabilité et un meilleur confort. 
Poignée traditionnelle sur notre vieil outil.

L'homme aime beaucoup la prise du nouvel outil!
Pour ma part, j'aime la prise, mais trouve l'outil modérément lourd. À certains moments, je trouvais que la lame enfonçais trop peu dans le sol là où mon vieux coupe-bordure entrait plus facilement (le métal est lisse et usé, tandis que celui de Garant a une surface légèrement rugueuse).

Un avantage du coupe-bordure Garant est sans doute sa durabilité. Le fait qu'il soit entièrement de métal lui confère certainement un gain de longévité contrairement au manche en bois et plastique. 

En somme, l'outil mérite d'être acheté pour son ergonomie et sa durabilité. Le rapport qualité/prix est bon (il se détaille autour de 26,99$). Et vous courrez la chance de le remporter cet été!

Pour avoir la possibilité de gagner, il faut être inscrit à recevoir les nouveaux billets de mon blogue (une démarche simple qui commence par indiquer votre courriel dans l'emplacement encerclé sur la photo ci-contre) et écrire un commentaire sur une tâche qui vous plaît au jardin ou une corvée qui vous pèse. Aimez-vous couper les bordures du jardin? Détestez-vous tondre la pelouse? Adorez-vous cueillir des fines herbes? Procrastinez-vous quand c'est le temps de tailler des cèdres ou des arbustes?

Vous avez jusqu'au 31 juillet minuit pour participer. Le tirage se fera au hasard durant la semaine suivante. Le concours est réservé uniquement aux résidents du Québec. Garant s'est engagé à envoyer l'outil à la gagnante ou au gagnant.

Au plaisir de vous lire!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner