Messages

Affichage des messages du octobre, 2010

Perdante ou gagnante?

Image
J'ai hésité à écrire ce billet. Pas parce que cela me rebute de dire merci aux gens qui me sont généreux, mais pour cause d'interprétation de mon message.
Si notre monde regorge de publicités qui nous amènent à consommer plus et plus vite, je crois qu'il existe de la "bonne" publicité. En juin dernier, je faisais de mon gré ce genre de publicité, pour la Pépinière fruitières rustique et ancestrale; en faisant des recherches, j'étais tombée sur leur site et j'ai instinctivement senti qu'il s'agissait d'une belle entreprise. Et j'ai voulu en faire profiter d'autres jardiniers en la référant.
Quelques semaines suivant ce billet, je recevais un remerciement de Véronique Alexandre, copropriétaire de la pépinière; depuis que j'avais écrit à leur sujet, ils avaient remarqué un accroissement du nombre de visiteurs sur le site! Pour ajouter à leur mot de remerciement, ils désiraient m'offrir un arbre ou un arbuste de mon choix. Si ce d…

Un chou craquant

Image
Rosette de feuilles oblongues vertes bleutées, texture gaufrée, doux goût de moutarde: le kale a tout pour plaire. S'il est surtout admiré dans les compositions d'annuelles pour sa posture élégante et son étonnante couleur, il devrait être beaucoup cultivé ici pour sa richesse nutritive; cette crucifère surpasse plusieurs confrères choux en offrant un plein de bêta-carotène, de vitamines A, B et C, d'acide folique et plus, à qui prendra plaisir à le croquer cru ou cuit.
Chez nous, on l'a cultivé pour la première fois cet été. La variété choisie était la 'Nero di Toscana', un kale italien dans les jardins depuis le 18e siècle. Les semis (voir les références à la fin de l'article) ont été démarrés à l'intérieur en début mai et la germination a eu lieu une dizaine de jours après. Les pousses ont été transplantées au jardin après tout risque de gel (on suggère d'attendre après la ponte de la mouche du chou). La majorité de nos plants ont pris place en fa…

Retour au bercail, retour au berceau

Image
Eh oui! les jours d'été se sont écoulés dans le sablier et l'automne a amorcé son décompte. J'ai toujours cette petite pointe de nostalgie quand je vois le soleil glisser bas dans le ciel comme si un fil invisible le ramenait tranquillement de jour en jour plus près de la terre; ses rayons sont doux, mais pas assez pour nous réchauffer du petit vent frais qui nous transperce. Cela nous rappelle que le temps est venu de penser à la saison froide.
Je ne suis pas déprimée pour autant par la venue du temps des chandails chauds et des feuilles éclatantes! Au contraire, l'automne a rimé pour moi avec le retour à la maison puisque mon contrat de travail s'est achevé au parc Jean-Drapeau. Ce retour à la maison fut bien occupé, mais de façon heureuse. Avoir du temps pour faire ce qu'on a faire et ce qu'on aime faire, c'est très précieux. 
Retour au berceau, aussi, parce qu'en mon ventre pousse notre troisième enfant qui viendra illuminer notre famille au mois …