Messages

Je suis au jardin est en... en Angleterre!

Image
Plusieurs d'entre vous le savent déjà: mon conjoint, nos trois enfants et moi vivons en Angleterre depuis début septembre 2021! Plus précisément, nous vivons à Cambridge , ville située à 89 km au nord de Londres. Nous venons d'entamer notre aventure familiale à l'étranger grâce à une longue et rigoureuse planification étalée sur plusieurs années.  Ma famille se promenant sur le Main Walk du  Jardin botanique de l'Université de Cambridge .  De majestueux conifères dont des cèdres ( Cedrus sp.) et des séquoias centenaires ( Sequoiadendron giganteum ) bordent cette allée apaisante. Par Jasmine Kabuya Racine. Si nous pouvons vivre ici, c'est d'abord grâce à la grande persévérance de mon amoureux. Il débute un doctorat en droit à l' Université de Cambridge et vous devinez que pour y accéder il a dû travailler très fort. De mon côté, j'ai mis sur pause mon emploi à la Ville de Montréal. Ce sera pour moi l'occasion d'explorer de nouvelles avenues ic

L'avenir est aux jardins vibrants, écologiques et... un peu moins domestiqués

Image
Nos sociétés modernes évoluent constamment à la manière de nos jardins malgré leurs allures statiques. Vous admettrez que nous vivons actuellement des moments qui remettent en question nos modes de vie et nos valeurs. Pandémie, inéquités sociales, changements climatiques et bouleversements économiques nous forcent à se poser pour réaliser les impacts de nos choix et de nos gestes d'humains. Et les espaces verts que sont les jardins et les parcs n'échappent pas à ce profond questionnement. Évolution dans le monde des espaces verts Ces dernières années, un mouvement prônant l'intégration d'espèces végétales indigènes dans les jardins privés et publics et une gestion différenciée* des espaces a tranquillement fait son chemin parmi les esprits. Les raisons pour accueillir davantage de naturel dans les espaces verts sont tantôt économiques (moins de tonte), tantôt écologiques (plus d'insectes bénéfiques, de faune ailée, de diversité d'espèces) tantôt esthétiques (

De stationnement ordinaire à fabuleusement plus écologique

Image
Ma maison du Vieux-Longueuil en stucco blanc datant de 1951 possède cette belle qualité d'avoir été soignée aux petits oignons par ses premiers occupants. Malgré tout, il n'en reste pas moins que les possibilités de rénovations semblent infinies !  Ainsi, après avoir refait une partie des fondations, toute l'électricité du sous-sol, la finition de ce même sous-sol, nous aurions pu choisir de miser nos efforts et notre argent sur la cuisine pratique mais démodée ou la salle de bain rétro où le trio toilette-bain-lavabo partagent la même porcelaine rose. Hélas, non ! Les murets de soutènement de part et d'autre de notre stationnement en asphalte menaçaient de tomber et le stationnement lui-même donnait des cauchemars à mon conjoint. Il faut expliquer : le stationnement est en pente inversée vers le garage qui est semi-souterrain. Le problème résidait dans le fait qu'une pluie diluvienne pouvait s'infiltrer relativement aisément vers la maison, car le haut du st

2 x 2 projets de jardinage en temps de confinement

Image
L'année 2020 et son inconfortable confinement seront mémorables pour les semenciers québécois . Demandez aux co-propriétaires de la Ferme Tourne-Sol qui ont vendu 6 fois plus de semences par rapport aux années passées ! Cette flambée de vente de semences laisse supposer que beaucoup de nouveaux adeptes ou de vétérans veulent cultiver davantage, spécialement des plantes comestibles. Est-ce la crainte de manquer de légumes frais cet été ou la recherche d'une activité paisible à l'extérieur qui font accourir les jardiniers autant ? Je suis bien curieuse de vous entendre là-dessus (psitt, laissez-moi un commentaire tout en bas !) Pour ma part, j'ai semé une douzaine de variétés de tomates... Bah comme d'habitude ! Elles s'appellent 'Purple Cherokee', 'Groseilles de Léon', 'Ida Gold', 'Raisins verts', 'Persimmon' ou 'Montreal Tasty Red'. Les aficionados de tomates savent qu'il est très difficile de ne semer qu

Arbres bienfaiteurs de la ville vus par des vidéastes de talent

Image
Quelle était la dernière fois où vous vous êtes arrêté sous un chêne ou un érable tout en frisson de feuilles ? Que vous avez levé la tête et fait la rencontre avec un grand individu ligneux, à la fois discret dans ses activités quotidiennes et imposant par sa stature. Que vous avez apposé votre main sur l'écorce rugueuse d'un peuplier deltoïde ou l'écorce soyeuse d'un bouleau blanc ? Cela date-t-il d'hier, de l'été dernier ou cela fait-il si longtemps que vous avez oublié ce moment?  Peu importe, car je vous propose de rencontrer des arbres citadins dès maintenant et d'apprécier leur présence bienfaitrice. Comment ? En plongeant dans 25 courts métrages rassemblés sous le projet  Portraits d'arbres de Montréal, tous   réalisés par des vidéastes étudiants de l'université Concordia. Ce projet est le fruit collaboratif inédit entre étudiants, professeurs et employés municipaux dans le cadre de l'initiative SutdioCité Montréal.

Jardinage à tendance Zéro Déchet

Image
La tendance actuelle est à l'adoption du mode de vie Zéro Déchet ! Voilà un courant qui fait du bien dans notre société très axée sur la consommation. Personnellement, ce que j'aime de ce courant c'est qu'il nous oblige à peser sur pause et à se demander si nous pouvons vivre et consommer autrement en ayant un impact minime sur notre environnement.  Le jardin n'échappe pas au concept et en plus, il devient un allié extraordinaire pour tendre vers un mode de vie où nos résidus sont récupérés ou recyclés. Pensons également que toute production potagère dans notre jardin procure des aliments très locaux ! Au jardin, il s'agit aussi d'examiner nos gestes et de se poser des questions telles que : Puis-je utiliser ou réutiliser quelque chose que j'ai chez moi plutôt que de l'acheter ? Si non, mon voisin ou un ami aurait-il ce dont j'ai besoin ? Puis-je louer l'objet ou le trouver à l'usagé?  Ce résidu peut-il servir dans mon jardin