La femme à la pelle

Kelly Reemsten, Ground Braking Study, 2014.
J'aime cette oeuvre de Kelly Reemsten aperçue sur le site de Artsy. Je me suis identifiée à cette femme immédiatement! Il m'arrive bien souvent de jardiner sur un coup de tête avec un habillement pas si pratique. Ne vous méprenez pas, je ne me poupoune pas. D'ailleurs, mon entourage le sait bien. Ma routine de beauté ne prends que quelques minutes et ma chevelure frisée vit en liberté sur ma tête!

Seulement, je me retrouve à genoux avec une truelle à la main, ma jupe maculée de terre, l'un de mes rares t-shirts indemnes de la maternité maintenant définitivement dans la catégorie du à-porter-seulement-à-la-maison, mes pendentifs aux oreilles qui me gênent plus qu'ils m'enjolivent et ma dernière paire de belles sandales...bon, vous avez compris.

Revenons à cette peinture. Je trouve que de celle-ci émane une féminité gracieuse pourtant surannée. La pelle dans toute sa fonctionnalité détonne et vient contrebalancer l'allure vestimentaire très soignée de la femme. L'ensemble reflète une force que je qualifierais de digne. On sent la femme prête à l'action et ce n'est pas ce qu'elle porte qui l'empêchera d'agir! 

Et cela m'amène à penser d'ailleurs que c'est l'une des principales raisons qui fait que j'aime tant l'horticulture depuis plus d'une décennie. 

La possibilité de prendre un outil et de changer mon environnement immédiatement. 

Un peu comme j'ai fait en octobre dernier dans un parc près de chez moi. J'y ai planté un tilleul sans demander la permission. C'était ma seconde tentative de guérilla verte. Juste parce que planter un arbre avec les meilleures intentions du monde devrait être un geste accompli plus souvent dans ma vie. Et que les conventions sont faites pour être bousculées de temps à temps.

Nous avons planté un tilleul à petites feuilles, un semis venu de l'arbre de mon voisin. Cette fois-ci : deux piquets colorés, protège-tronc et ombrelle (non visibles)  lui donneront des meilleures chances de survie, je l'espère.

Commentaires

  1. bonjour Jasmine,
    j'ai encore une fois trouvé ton article par hasard. S'il te plaît, inscris moi toi-même à ta newsletter, je n'y arrive pas. Tu te rends compte, j'ai failli rater ta description de Jasmine au jardin habillée "en dame" ! Ça serait dommage que je ne profite plus de tes trucs, que je ne sois plus au courant de ce que tu fais de beau.
    Bises des montagnes à toi et à ta famille

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour La fourmi! Je suis si contente de te lire ici. Je ne comprends tout simplement pas pourquoi ton inscription de fonctionne pas. J'ai déjà essayer de t'inscrire et on me disait que tu l'étais déjà! Ta boîte de courriel rejette-elle alors le message d'avertissement d'un nouvel article publié? Je pense à toi. Bises.

      Effacer
  2. Trop fière de toi Jasmine! :) Tu es trop inspirante!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Éva! Et bientôt, on sera deux à inspirer :)

      Effacer

Publier un commentaire

J'adore vous lire!

Messages les plus consultés de ce blogue

Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

Une cabane dans un arbre...pour les grands !

Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

Où acheter ses semences sur Internet

Au coeur de l'été, une boisson rafraîchissante

Gardez vos pissenlits!

De l'ail, s'il-vous-plaît !

Faire pousser des tomates à l'envers...