Un arboretum naît, des mémoires s'allument

Crivert, un organisme environnemental très impliqué dans la région, ainsi que la ville de Salaberry-de-Valleyfield ont concrétisé en juin dernier un projet d'envergure, l'arboretum Frédéric-Back. Celui-ci est aménagé à la circonférence du carrefour giratoire des rues Victoria et Fabre et à proximité de la rivière St-Charles, à Salaberry-de-Valleyfield. Il y a quelques années, il s'agissait d'un lieu qui ne payait pas de mine, même aux abords de l'ancien canal, le paysage était sans identité.

Aujourd'hui, ce secteur est beaucoup plus vivant avec sa revitalisation, ses plantations, son mobilier urbain et l'Arboretum (voyez mes photos à la fin du billet).

Süzel Back-Drapeau a de nombreuses fois accompagné son père lors de ses promenades dominicales dans la nature.
Enfin inauguré le mardi 1er septembre, on pouvait y trouver le maire Denis Lapointe; des représentants de la ville dont Maggy Hinse conseillère en environnement; les membres de Crivert dont Denis Gervais son directeur; les représentants du programme Ma rue, mes arbres TD et la descendance de Frédéric Back en sa fille Süzel Back-Drapeau. Cette dernière était émue qu'on ait rappelé à la mémoire son père, celui qui de son talent d'illustrateur a fait prendre vie au texte de L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono (1953). Le film d'animation produit en 1987 a marqué des milliers de gens (dont moi depuis que je l'ai vu dans ma jeune jeunesse) et a mérité des dizaines de prix dont un Oscar.
«En nommant l'arboretum Frédéric-Back, on honore un homme qui a passé sa vie à défendre la nature autant à travers ses oeuvres qu'à travers ses actions dans la communauté». Francine Poupart, dans le journal Verdure de Crivert  de juin 2015.
Arbres sous thématiques
Même modeste, l'arboretum a une mission de haute importance: celle d'aviver les consciences sur l'importance de l'arbre et des forêts dans notre quotidien. Ainsi, le lieu abrite 79 arbres rassemblés en 3 collections pour leur étude, leur exposition au public ou leur conservation: 
  • forêt précoloniale: les individus de cette collection sont les chênes à gros fruits, le chêne bicolore, le tilleul d'Amérique, l'ostryer de Virginie, le hêtre à grande feuille, l'érable à sucre, le caryer cordiforme, le caryer oval, le micocoulier occidental. Des espèces qui occupaient le territoire en d'immenses forêts il y a plus de 400 ans.
  • forêt carolinienne: on y fait la rencontre de feuillus principalement originaires du sud de l'Ontario, région au climat plus chaud qu'ici. En raison des changements climatiques, il est fort possible que s'étendent vers nous le tulipier, le chicot du Canada, le châtaignier d'Amérique et le noyer qui poussent chez nos voisins.
  • verger des mémoires: des variétés ancestrales de poiriers et de pommiers résistants aux maladies verront leurs fruits cueillis et distribués à des organismes locaux.
Pour ma part, j'ai bien l'intention de visiter plus attentivement et de façon régulière le lieu question d'apprécier l'épanouissement de cette forêt urbaine! Il est aussi possible de donner son nom pour aider à l'entretien. Il suffit de contacter l'organisme Crivert.
Théodore et sa maman étaient présents à la plantation le 6 juin dernier faisant partie des 50 bénévoles qui ont donné un grand coup de main. Théodore a brillé par son sens de l'initiative: il y a une belle relève!
Lire la couverture médiatique d'InfoSuroît au sujet de l'inauguration.
(Re)voir le film 
Le film a ému l'imaginaire, mais surtout il a ouvert les yeux sur la richesse de notre planète et notre pouvoir et devoir de conservateurs de son bien-être et par ricochet, de l'espèce humaine. Le film nous rappelle à quel point les arbres sont majestueux et leurs bienfaits écologiques multiples.

Revoyez L'homme qui plantait des arbres (en couple, en famille, en classe, etc.) et concrétisez un geste en faveur de l'environnement: plantez un arbre cet automne! Sinon, déléguez la tâche à Arbres Canada. Le site propose de calculer pour vous votre empreinte carbone (en énergie, en auto, en avion et autres moyens de transport) puis, de faire un don en conséquence pour compenser vos émissions (ex.: pour 100 km d'auto, on plantera un épinette de Norvège moyennant 4$) .

***
Avant et après l'inauguration, mes enfants et moi nous sommes promenés à proximité de l'arboretum, le long de l'ancien canal de Beauharnois qui traverse un parc linéaire entre les rues Victoria et Hébert. Ponts, sentiers, végétation sauvage et aménagée cohabitant joyeusement, cours d'eau scintillant... Les enfants ont adoré explorer ce lieu riche en découvertes naturelles. À mes yeux, cela témoigne que la revitalisation est une réussite en évolution.
Un diervillé chèvrefeuille, un arbuste indigène que j'aime beaucoup autant pour ses qualités ornementales qu'écologiques (rustique, mellifère, allié dans la revitalisation des berges, etc.)
Mes enfants ont vite vu le potentiel jeu du cours d'eau.
Le ruisseau  renaturalisé.
Lancer des cailloux dans l'eau, un jeu dont on ne se lasse pas.

On y marche, on y court, on y respire...
Un cafouillis de trèfle rouge, de chicorée sauvage (en bleue) et de lotier corniculé (en jaune) près de l'eau. Ça butinait là-dedans!

Au bout du terrain, le carrefour giratoire puis l'arboretum (peu visible d'ici).
Le saule pleureur et le bord d'eau, un duo toujours romantique.
Sous l'ombre d'un frêne.
Aronia. Bon pour les oiseaux et les humains.
La baignade est interdite à cet endroit.  Par contre, on voit souvent par jour de grande chaleur des jeunes se baigner dans le canal à la hauteur du pont blanc plus à l'ouest...
Jadis, l'espace vert en septembre 2011 par Street View. Crédit: Google Maps. On ne s'ennuie pas de cet «avant»!

Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

Une cabane dans un arbre...pour les grands !

Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

Où acheter ses semences sur Internet

Au coeur de l'été, une boisson rafraîchissante

Gardez vos pissenlits!

Faire pousser des tomates à l'envers...

De l'ail, s'il-vous-plaît !