Réaménager une plate-bande

Ça y est, j'ai commencé à redéfinir l'apparence de la plate-bande sous le bouleau (Betula verrucosa) en façade. Cette plate-bande de 135 pieds carrés est composée depuis deux ans d'un pré fleuri qui a donné des résultats moyens pour diverses raisons (relire le bilan 2009). J'avais bien hâte de m'assoir et de réfléchir à l'avenir de ce bout de terrain quelque peu ordinaire!

Pour débuter, j'ai dressé une liste des caractéristiques de l'endroit afin de mieux cibler les actions et les plantations futures. Ensuite, j'ai fait une seconde liste, celle des plantes qui auraient le potentiel d'embellir l'endroit (recherches dans les bouquins et sur Internet) pour finalement ne conserver que les meilleures candidates. Suite à tout cela, j'ai dessiné un plan à l'échelle permettant de voir le design ainsi que le nombre de plantes requises pour chaque espèce choisie. Je me suis permise également l'élaboration d'un petit tableau où les attraits des plantes sont "coloriés" par mois, question de voir si la composition et la succession d'attraits (couleur de la floraison, du feuillage et des tiges) étaient équilibrées. J'ai fini le tout en réalisant une liste de plantation sur laquelle on retrouve le nom des plantes, leurs dimensions, la quantité à acheter, l'endroit où les dénicher et leur coût. Toutes ces étapes, ça fait beaucoup? Peut-être, mais pour moi,  planifier l'aménagement est l'équivalent d'un jeu passionnant!

Un plan est ce qu'il y a de mieux pour prévoir un projet. Évidemment, tout plan n'est pas parfait; lorsqu'on arrive à la phase de la réalisation, il se peut que les plantes sélectionnées ne soient pas disponibles dans les pépinières ou que finalement, elles ne correspondent pas à l'image qu'on s'en faisait. C'est pourquoi on reste ouvert à l'idée que ça peut évoluer. Tout de même, le plan nous permettra de préparer un budget et d'étaler la réalisation si nécessaire (ça fait partie de nos nouvelles résolutions ça, avoir un budget et s'y tenir!).

Maintenant, voici les détails du projet: ça pourrait vous inspirer pour créer ou revitaliser une plate-bande chez vous!

Caractéristiques de la plate-bande:
  • Lieu semi-ombragé (soleil assez chaud en après-midi en bordure du stationnement asphalté);
  • Sol sec: le bouleau semble "boire" toute l'eau!;
  • Terre infestée de mauvaises herbes (racines et semences);
  • Présence d'une borne-fontaine bien voyante;
  • Plate-bande vue de toutes parts: de la rue, du stationnement, de la fenêtre du salon;
  • Situation venteuse: la neige reste très peu au sol;
  • Le bouleau européen constitue un magnifique point focal.
Les caractéristiques étant connues, on sait maintenant quelles sont les corrections à faire:
  •  Se débarrasser des mauvaises herbes en désherbant, en bêchant pour retirer un maximum de racines des adventices et attendre quelques semaines avant d'amender le sol question de voir si on s'est bien débarrasser des intruses;
  • Ajouter du compost ou du fumier d'une épaisseur de 5 cm (ou plus) au sol existant pour améliorer sa structure,  augmenter sa teneur en matière organique et favoriser sa faculté de rétention d'eau;
  • Penser une composition quatre-saisons qui tient compte des multiples points de vue, spécialement celui du salon;
  • Choisir des plantes qui résistent aux vents desséchants de l'hiver et qui s'accommodent d'un sol drainé.
Il s'agit aussi de concevoir un aménagement qui s'accorde avec nos six commandements (voir ici pour s'en rappeler). Il n'y a que le premier commandement que nous pensons revoir: nous voulons toujours intégrer les plantes indigènes, mais dans une proportion moindre que prévu (nous ne primerons pas, mais intégrerons plutôt). 

Les plantes sélectionnées

Arbustes
  • Cornus sanguinea 'Artic Sun' : bel arbuste rustique qui atteint 1,25 m de toutes parts. Ses rameaux jaunes exhibent des extrémités rouges l'hiver! Le feuillage est vert lime et tourne au jaune doré à l'automne. Il pousse au soleil et à la mi-ombre dans un sol bien drainé et riche. On taille avant la reprise au printemps pour maintenir un beau port et des tiges très colorées. 
  • Rhododendron canadense: le rhododendron du Canada est évidemment un arbuste d'ici qui pousse généralement dans les tourbières. Cette éricacée porte des fleurs rose vif tôt au mois de mai et produit des petites feuilles vert gris par la suite. La plante croît lentement pour atteindre 1m par 1m après une décennie! Ce rhododendron s'accommode très bien des hivers vigoureux (zone 2b) et de la demi-ombre. 
  •  Fothergilla major 'Mount Airy': un arbuste indigène de l'est des États-Unis qui croît entre 1  et 1,5 m de hauteur comme de largeur. Sa floraison parfumée qui apparaît en mai ressemble à des brosses à bouteilles blanches!  La feuille est ovale et dentée d'un vert foncé qui tourne au jaune orange à rouge à l'automne. Cette plante de la famille des Hamamélidacées s'associe bien aux rhododendrons et aux azalées.

  • Gaultheria procumbens: un joli couvre-sol arbustif indigène de l'Amérique du Nord qui atteint  15 cm de haut par autant de large. Le thé des bois possède une excellente rusticité (1a) mais on devra lui fournir un sol organique bien drainé et frais. Son feuillage odorant et ses fruits rouges persistants durant l'hiver ont été largement utilisés d'abord par les Amérindiens puis par les colonisateurs.  La plante a été baptisée en l'honneur du médecin et naturaliste québécois Jean-François Gaulthier.
  • Comptonia peregrina: un arbuste indigène que l'on retrouve dans le sud-ouest du Québec, mais dont la présence est plus forte dans la flore étatsunienne. Il croît lentement pour atteindre 1 m de haut par 1,50 m de large. Son feuillage est particulièrement attrayant: il est délicat et découpé comme une fougère et de surcroît, il est aromatique. La plante tolère les sols pauvres et la sécheresse.

Vivaces
  • Sporobolus heterolepis : j'ai découvert cette plante chez Horticulture Indigo. La délicatesse de cette graminée m'a charmée. Le feuillage en fontaine est d'abord vert puis blond teinté d'orangé à l'automne. Elle excelle en rocaille et fait un joli effet en massif. Elle mesure 40 cm de haut par 60 cm de large. À planter au soleil.
  • Aster dumosus 'Sapphire': un aster qui se couvre de fleurs bleu-mauve à la fin de l'été. La plante n'est pas maladive. Elle apprécie les sols drainés, argileux et frais. Elle se mariera bien aux feuillages automnaux jaune doré du bouleau européen et des cornouillers. Préfère des situations ensoleillées ou semi-ombragées.

  • Geranium phaeum: un géranium discret, mais intriguant avec ses fleurs pourpres presque marron qui apparaissent vers la fin mai. Le feuillage présente quelques tâches pourprées. Il croît indifféremment au soleil ou à l'ombre, s'accommode de tous types de sol pourvu qu'il soit drainé. Il forme un couvre-sol de 40 à 60 cm de haut. Il formera une belle association avec l'heuchère pourpre.
Photo par Jasmine Kabuya Racine
  • Heuchera micrantha 'Palace Purple': une vivace sans complication qui sait apporter une touche chocolatée au jardin! Elle met en valeur les feuillages plus pâles. La plante croît bien à la demi-ombre et apprécie un sol drainé  et frais, quoiqu'elle peut supporter un peu la sécheresse. La plante forme rapidement un couvre-sol intéressant en bordure de plate-bande ou sous les arbustes. 
Photo par Jasmine Kabuya Racine
  • Thymus serpyllum: pour moi, un tapis de thym chez soi est essentiel. Y passer la main puis humer le parfum qui s'y dégage est si apaisant! Cette plante est déjà présente dans la plate-bande depuis 2 ans. Elle forme un dense couvre-sol d'une dizaine de centimètres de haut qui s'anime de fleurs mauves à la fin du printemps. La plante adore le soleil et un sol très bien drainé.
Photo par Jasmine Kabuya Racine
    Voilà, le tour des plantations est fait! Probablement que quelques ajouts se feront avec le temps puisqu'un jardin n'est jamais réellement statique...

    Pour terminer, voici ce que ça donne sous forme de plan.
    Il ne reste plus qu'à magasiner les plantes et à préparer le terrain cet été. Voilà un autre dossier à suivre!

    Les quatre dernières photos sont de Jasmine Kabuya Racine. Tous droits réservés.

        Commentaires

        1. Hi Jasmine! Eh bien dis donc, c'est un gros projet! Je suis bien d'accord avec toi: il faut planifier surtout pour une aussi grosse plante-bande. Il m'est d'ailleurs arrivé à quelques occasions de changer d'idée lorsque je voyais en personne une plante que j'avais mise sur ma liste. Genre 'hein, c'est ça la xyz'? Ouach, mais c'est pas beau au 1er coup d'oeil! Hi hi hi. Ton bouleau est superbe. Tu sais quelle sorte c'est?

          RépondreEffacer
        2. Salut Rachel!
          Oui, c'est du projet!
          Le bouleau est un Betula verrucosa ou bouleau européen. Merci de demander, je vais corriger son nom dans le billet!
          Et toi, tu as de la planification au jardin dans l'air?

          RépondreEffacer
        3. Ah ah! Eh bien oui, comme à chaque année, on refait, on déplace, on ajoute et on enlève... Disons que c'est notre 8e année alors le tout commence à être joliement garni. Pour cette année, on va devoir agrandir une partie à l'avant parce que notre belle épinette bleue s'étale mais ça c'est pas du travail: c'est du fun! A bientôt

          RépondreEffacer
        4. Ah! Huit ans d'aménagement, ça doit effectivement commencer à être pas mal beau! J'ai hâte d'avoir cumulé ce nombre d'années aussi.
          T'as raison: jouer dans ses plate-bandes c'est du pur bonbon!

          RépondreEffacer
        5. J'admire encore une fois cette approche "savante" de ton projet. Il me tarde de voir sa réalisation.
          Ton "bouleau européen" m'amuse. J'en ai un, je trouve son tronc blanc triste dans la neige, alors que j'ai tant aimé les rouleaux dorés éparpillés autour des bouleaux québéquois.
          Ma montagne est pleine de rhododendrons ferrugineux, alors je vais essyer de trouver celui dont tu parles.
          Comment peux-tu "gérer "le géranium phaeum? Comment le mélanges-tu avec les autres plantes pour l'après-floraison? C'est vrai qu'il a une couleur incroyable, mais je le laisse sauvage dans un coin de jardin que j'appelle prairie, avec boutons d'or et cerfeuil musqué.
          Bonne fin d'hiver avec tous tes projets.

          RépondreEffacer
        6. J'avoue que moi aussi j'ai un faible pour le bouleau jaune, l'arbre emblématique du Québec. Nous en avons un d'ailleurs, mais son tronc ne mesure même pas 4 cm de diamètre... Je devrai être patiente avant de voir sa belle écorce dorée s'éparpiller autour de lui!
          J'ai "wikipédié" ton rhododendron ferrugineux et il a l'air superbe. Il semble fleurir plus tard que celui du Canada et sa fleur est parfumée.
          Pour le Geranium phaeum, oui, il sera mélangé avec d'autres plantes, soit d'autres géraniums vivaces et les graminées (Sporobolus). Par contre, si son "comportement" me plaît peu, il prendra le fond d'une autre plate-bande!!!

          RépondreEffacer
        7. Bonjour Jasmine,
          merci de ta réponse. Grâce au mot "indigène" auquel je n'avais pas pensé, je me régale dans les plantes de chez toi.
          Je ne rajoute rien dans mon jardin, car mes genoux me gênent tellement que je n'ai plus beaucoup de tonus. Mais le 8 mars, on "répare" l'un des deux, et quelques mois plus tard j'espère qu'on pourra faire l'autre.
          Je pense de plus en plus à changer de région pour avoir quelques légumes en été : tomates, piments et courges diverses qui ne poussent pas chez moi, car ils manquent de chaleur.
          Bises des montagnes

          RépondreEffacer
          Réponses
          1. Bonjour La fourmi,
            Je suis bien contente que tu aies trouvé de l'inspiration dans cette archive. Tu vois que tu y avais écrit il y a 6 ans!!! Le temps passe si vite...

            Je comprends pour la forme. Est-ce que jardiner en bacs serait possible? Question d'éviter à se pencher. Et monter une serre est-ce une autre possibilité à envisager? Vous pourriez allonger la saison de culture! Mais je peux comprendre aussi le désir d'être dans une région plus chaude...
            Je ne suis pas sûre si j'irais vivre plus au nord de la province malgré la beauté des espaces. J'aime bien vivre dans une des région les plus chaudes du Québec.
            Bises

            Effacer

        Publier un commentaire

        J'adore vous lire!

        Messages les plus consultés de ce blogue

        Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

        Une cabane dans un arbre...pour les grands !

        Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

        Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

        Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

        Où acheter ses semences sur Internet

        Gardez vos pissenlits!

        Faire pousser des tomates à l'envers...

        De l'ail, s'il-vous-plaît !

        Fleurs d'ail, du jardin à l'assiette