Les feuilles maudites

La saison du balai à feuilles s'achève splendidement! Dans ma Montérégie du Sud-ouest en tout cas il a fait beau, et ce, pendant plusieurs journées consécutives. Malgré cette température clémente étonnante, dans chaque conversation avec mes voisins (beaucoup sont retraités ou sont disons, parents de grands enfants) se glissait une remarque sur le manque de plaisir à effectuer la corvée du ramassage des feuilles. 


Et je les comprends!

C'est-tu plate de racler des feuilles en s'en faire mal au dos puis de se pencher à s'en faire un tour de rein pour les piler dans des dizaines de gros sacs oranges? De surcroît, la plupart de ces voisins effectuent cette tâche depuis quelques décennies, depuis qu'ils sont d'heureux propriétaires de bungalows. 

Moi, en tout cas, je fais tout pour m'éviter cette tâche. Je fais tout pour retirer que des bénéfices de la tombée des feuilles.

Je passe la tondeuse plusieurs fois sur le tapis de feuilles pour les déchiqueter (je fais cela depuis deux ans et j'ai pu remarquer que sans autre ajout d'engrais la pelouse est plus verdoyante qu'à notre arrivée). Idéalement, je souffle avec la tondeuse les débris dans une plate-bande. Le contraste est fort joli d'ailleurs.


J'ai aussi décidé que la plate-bande au fond de ma cour, où sont alignés plusieurs arbres, ne serait pas engazonnée, mais plutôt garnie de paillis. Je laisse donc les feuilles s'échouer à cet endroit et au printemps, les micro-organismes auront tôt fait de réduire ce gros tapis de feuilles en un mince paillis idéal pour empêcher les mauvaises herbes de s'installer et pour conserver l'eau au pied des vivaces.

En façade, je racle les feuilles dans les plates-bandes, par-dessus mes vivaces que je laisse faner sur place. Si au printemps je trouve que le paillis de résidus est trop épais, j'en racle une partie pour le mettre au compost et j'incorpore le restant au sol. L'avantage de laisser les débris tout l'hiver est que ceux-ci seraient plus décomposés que si je les avais ramassés l'automne précédent pour les mettre au compost, qui par ailleurs déborderait!

Je fais un tas de feuilles sous mon épinette bleue, près des bacs à compost. Ainsi, je peux ajouter des feuilles au compost l'été suivant. Si on ne trouve pas cela très élégant, on peut toujours cacher les feuilles dans un enclos prévu à cet effet ou des sacs. Une nouveauté pour cette année, je vais recouvrir ces feuilles de résidus de taille d'arbres de mon voisin pour former un beau paillis riche sous cette épinette.

Dans tous les cas, je crois qu'il faut se réconcilier avec nos feuilles mortes: il faut voir en elles tout le potentiel nutritif et esthétique qu'elles possèdent!

Érablière à caryers, parc régional des îles de Saint-Timothée

Mais qui va nettoyer cette forêt????


Photos par Jasmine Kabuya Racine. Tous droits réservés.

Commentaires

  1. Bonjour Jasmine!

    Comme je te comprend! Ici, on a ajouté des feuilles à chaque automne dans notre potager pendant plusieurs années et crois-moi, c'est un très bon compost.
    On a aussi déchiqueté les feuilles avec la tondeuse, comme toi. Mais depuis quelques années on en envoie une bonne partie dans notre boisé, c'est bien pratique et on en laisse une partie sur l'herbe.
    À quoi ça sert de se débarasser de toute cette riche nourriture alors que l'on peut en bénéficier?

    RépondreEffacer
  2. De notre côté, nous ramassons les sacs remplis de feuilles mortes au bord du chemin. Il y en a tellement. Nous devons en avoir transporté pas moins d'une centaine cette année pour alimenter notre potager. Ce couvert nutritif empêchera du même coup les mauvaises herbes de pousser en s'assurant d'y mettre une bonne épaisseur. Qui plus est, nous faisons toujours d'agréables rencontres car nous demandons la permission aux gens avant de les apporter. Par exemple, une dame ayant perdu son mari cette année nous a proposé 3 mètres cubes de compost de 10 ans d'âge gratuitement. WOW! De l'or pour le sol. Ce n'est sûrement pas pour rien si nos bulbes d'ail sont si gros. Les gens sont heureux de savoir à quoi serviront leur efforts. Nous faisons toujours des surprises en ouvrant les sacs. Par exemple, des divisions de vivaces, de l'argent comptant (sûrement perdu pendant le travail), un chat mort, des branches qui piquent, etc. C'est différent presque àchaque fois.
    Michel Richard
    POTAGERS D'ANTAN

    RépondreEffacer
  3. Wow! Je suis émue de voir que nous sommes plusieurs à voir dans les feuilles mortes une richesse naturelle!

    Michel, tu m'impressionnes! C'est drôlement rigolo, sauf peut-être pour le chat mort, de savoir qu'on peut ramasser plus que des feuilles dans ces sacs abandonnées au vidange! Bravo en tout cas d'être aussi écolo; tes enfants prendront assurément soin de leur planète, car ils seront imprégnés de la conscience verte de leurs parents!!!

    RépondreEffacer
  4. Nous, on en ramasse une partie que nous transportons à notre terrain vacant. Un compost s'y prépare depuis déjà de bonnes années. Le reste est tondu et je laisse les autres feuilles se faufilées à travers les vivaces

    RépondreEffacer
  5. Merci Jasmine pour ce bilan super détaillé du potentiel des feuilles! À te lire, on a quasiment envie de se faire une salade de feuilles et d'en consommer! Blague à part, c'est fou comme "nous" les humains, jetons ou rejetons trop de produits de la nature...Heureusement, ça change et nous développons de nouvelles pratiques plus écologiques, économiques, plus respectueuses pour l'environnement,etc. Encore merci du rappel, à chaque fois ça me fait plaisir de lire sur ce sujet...

    RépondreEffacer
  6. Les arbres chez moi ne sont pas encore pleinement matures, donc moins de feuilles. Celles qui tombent, sont passées à la tondeuse jusqu'à la dernière minute, cette fin de semaine possiblement. J'ai tellement horreur des méthodes des voisins d'en face qui utilisent un souffleur à feuilles, même pour 3-4 feuilles! Bruyant et pétaradant! A bas les 'leaf blowers' et vive le 'power à bras' ...

    RépondreEffacer
  7. @ Lina: Il est vrai qu'on est habitué de ne pas voir dans les "résidus" qui entourent leur valeur intrinsèque. Oui, une chance que ça change! Une chance que nous avons le pouvoir (et le devoir?) de faire en sorte que ça change!

    @Rachel: J'ai tellement ri quand j'ai lu ton commentaire. Mon voisin passait justement son souffleur à feuilles... ARRRRRR! Je ne suis plus capable non plus d'entendre ces machines bruyantes qui sont à mon avis le summum de l'outil du paresseux! Je trouve qu'il n'y a aucune raison valable d'utiliser ce gadget. Après on se plaint qu'on n'est pas en forme, pas en santé, qu'il faudrait aller s'entraîner chez Énergie Cardio...
    Bref, je suis d'accord avec toi Rachel, passer le balaie à feuilles ça ne fait de mal à personne, au contraire... Et le son est tellement plus doux!

    RépondreEffacer
  8. Tu évoques le potentiel nutritif des feuilles mortes. Ne pas oublier le potentiel sonore: quel plaisir les feuilles qui craquent sous les pas ! Et puisque je suis dans l'audition: honte aux utilisateurs de tondeuses pour ramasser les feuilles ! Penchez-vous ou pliez les genoux, c'est tellement moins bruyant !

    RépondreEffacer
  9. Tres beau blog que je decouvre. Et ce billet sur les feuilles, ca a vraiment allume une petite lumiere. Dire que moi aussi je me faisais mal au dos et au bras pour des sacs oranges. C'est decide, moi aussi je ne ramasse plus (enfin, faut quand meme ramasser et faire un tas ;) ). La semaine derniere, j'ai donc broye tout ca a la tondeuse, expulsion direct sur la plate-bande (j'en ai peu, proche du centre ville de Montreal) et il en reste sur la pelouse. Rendez-vous aux beaux jours pour voir s'il y a un resultat visible.

    RépondreEffacer
  10. @ Jean-François Noulin: Merci de souligner cet aspect sonore si souvent oublié! Moi aussi j'adore le "crunch-crunch' des feuilles sous mes pieds. Quant à la tondeuse bruyante, oui, le moins possible. J'utilise la mienne lorsque vraiment nécessaire et en plus, elle est électrique donc moins bruyante que celle au gaz!

    @Nicolas: Merci pour le commentaire sur le blogue. Je suis contente que tu sois aussi un nouvel adepte du "tirons le potentiel des feuilles d'automne". C'est si facile, hein? Je suis sûre que le sol de tes plates-bandes de remerciera en affichant des plantes exubérantes de santé l'été prochain!

    RépondreEffacer

Publier un commentaire

J'adore vous lire!

Messages les plus consultés de ce blogue

Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

Une cabane dans un arbre...pour les grands !

Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

Où acheter ses semences sur Internet

Gardez vos pissenlits!

Au coeur de l'été, une boisson rafraîchissante

Faire pousser des tomates à l'envers...

De l'ail, s'il-vous-plaît !