(Re)vitaliser son aménagement paysager: par où commencer?

Pour plusieurs propriétaires, créer ou donner un coup de fouet à son aménagement paysager est un exercice paralysant. Par où débuter? Comment faire les bons choix de végétaux? Quels secteurs du terrain prioriser, quels sont les achats qui valent la peine?
La façade, sans doute le premier endroit où on désire investir en premier lieu! Photo par Jasmine Kabuya Racine.
Croyez-moi, même pour une experte, c'est un exercice difficile!

Si souvent on aménage avec ce qu'on a sous la main, ce qu'on se fait offrir (ah, la belle plante donnée par une telle, elle est drôlement coureuse finalement!), par achat spontané, par urgence (vite une haie qu'on ne voit plus ce voisin nudiste), tôt ou tard, il est bon de faire l'exercice de penser véritablement son aménagement. On évite ainsi les arbres aux silhouettes brisées par le voisinage des lignes électriques, le conifère peu adapté à un situation venteuse ou l'adoption d'une vivace qui a toujours l'air malheureuse dans son coin de pays.

Le Picea glauca 'Conica' tolère mal les vents hivernaux
et roussit si il est mal protégé comme c'est le cas ici.
Lorsque notre aménagement a plusieurs années, s'attarder à ses défauts, revoir si on ne pourrait pas mieux encadrer une vue ou se demander comment camoufler agréablement le pourtour de la piscine peut permettre de retomber en amour avec notre espace extérieur.

Découper le labeur en petits morceaux
Pour briser la glace, il peut être pertinent de faire l'inventaire des différentes zones de son terrain en indiquant ses caractéristiques. Par exemple, on dessine à main levée le terrain vu du ciel, on y définit les différents espaces (par exemple: sous l'épinette bleue, le site est ombragé, venteux et le sol plein de racines, sec et acide).  

Un plan à main levée qui délimite les différentes zones de ma cour arrière.  Dessin par Jasmine Kabuya Racine.
On n'hésite pas à se promener sur le terrain et à inscrire sur notre plan quelques actions à prévoir: améliorer le drainage, planter une haie brise-vent, mieux délimiter la plate-bande, tailler un arbre mature ou cacher la vue sur la thermopompe. Ces petites notes nous aideront autant à mieux choisir nos végétaux qu'à leur offrir un environnement propice pour s'épanouir. Lisez mon exercice dans le cadre du réaménagement d'une plate-bande en 2011.
Les propriétaires voulaient enjoliver la fondation de la maison ainsi que la galerie. Le rosier grimpant est tout approprié! Photo par Jasmine Kabuya Racine.
L'heure des choix
Puis, parmi nos zones identifiées on sélectionne un endroit à améliorer et on le reproduit cette fois en un dessin à l'échelle. À l'aide de guides horticoles, on arrête son choix sur des plantes qui se plairont le mieux dans les conditions présentes (ou celles qu'on planifie d'améliorer). On ne craint pas de retirer des plantes qui croissent mal ou qui exigent trop de soin (taille ou arrosage excessif, par exemple). Dans notre design, selon les situations on pense à:
  • jouer de la hauteur
  • intégrer des textures contrastées et des floraisons différentes
  • mettre en valeur un arbuste ou un arbre comme point focal
  • miser sur la symétrie
  • rendre l'aménagement intéressant durant les 4 saisons
  • répéter des végétaux pour créer des liens
  • inclure des massifs, etc.
Massif de géranium vivace. Photo par Jasmine Kabuya Racine.
De plus, sur notre plan on songe à reproduire nos choix de végétaux en considérant leur taille mature: ça évite la surpopulation!

Voilà! On est déjà mieux outillé pour peaufiner notre jardin à court et moyen terme. Évidemment, on tentera de concrétiser l'aménagement de zones qui nous tiennent le plus à coeur comme celles qu'on fréquente beaucoup ou celles qui demandent de planter des arbres afin qu'ils s'enracinent maintenant pour profiter de leur ombre d'ici quelques années. Finalement, notre budget a aussi son mot à dire! On le respecte, on étale nos actions au besoin et on use de ruse et de patience pour compléter notre projet.
L'aménagement sous le bouleau a été planifiée (voir mon article)
mais il reste encore des conifères et quelques arbustes à intégrer. Photo par Jasmine Kabuya Racine.
Et vous qui avez un peu ou beaucoup d'expérience, quels sont vos trucs pour mieux aménager votre terrain?

P.-S.: J'aurai bien aimé parler d'aménagement paysager dans son entièreté, c'est-à-dire en incluant les matériaux inertes (trottoir, muret, tonnelle, patio, etc). Mais, il y a tant à dire! Si vous lisez l'anglais, je vous suggère l'article «Plan Action» paru dans le numéro 20 de Garden Making. Il s'agit d'un très bon dossier pour planifier les structures de son jardin quand le terrain est vierge, mais plusieurs trucs s'appliquent pour améliorer un aménagement existant.
***
J'ai reçu le livre Jardin Facile, de Sélection Reader's Digest, un livre tout indiqué pour trouver inspiration pour aménager soi-même son terrain avec plus de facilité. La première partie du livre donne 28 propositions d'aménagement selon le type de sol (alcalin, acide ou neutre), la situation (plat, en pente, venteux) et l'ensoleillement (du plein soleil à l'ombre dense).
Image tirée du site Modus Vivendi.

Être bien guidé
Ainsi, qu'on débute au jardin ou qu'on soit un pro en panne d'inspiration, on y trouve de quoi encadrer notre démarche. Les agencements sont bien pensés et intègrent de belles variétés où se chevauchent les floraisons et se marient les textures diversifiées. On ajoute à chaque proposition une petite liste nommée «Le choix du spécialiste» où d'autres candidates végétales seront nous plaire.
Image tirée du livre Jardin facile. Photo par Jasmine Kabuya Racine.
L'ouvrage compte en deuxième partie un répertoire illustré de plantes rustiques et disponibles au Québec et dans l'est du Canada: en tout 1120 variétés de plantes (221 genres) sont détaillées. Il s'agit bien sûr du portrait des plantes nommées précédemment dans les divers contextes d'aménagement.

J'aime particulièrement qu'on explique en quoi chaque situation présente des défis, mais aussi des atouts. Ainsi, si on a un terrain en pente exposée au nord ou à l'est, on nous confirme que celle-ci  subit de plein fouet les vents glacés et le gel et que le bas de la pente est particulièrement froide puisqu'une poche d'air s'y crée. On devra donc penser à intégrer des plantes plus rustiques en bas comme des pulmonaires, des sureaux ou des viburnums. Par contre, le haut de la pente est bien drainé, cela permet d'accueillir bulbes, géraniums, brunnera, épimèdes et cotonéastres. L'adage «la bonne plante au bon endroit» est fortement appliqué et ça évite l'acharnement thérapeutique au jardin.

Vraiment disponibles?
Le principal point faible du livre est à mon avis les variétés plus récentes suggérées dans les vivaces. J'ai testé la recherche en ligne de quelques-unes de celles-ci au hasard et il m'est fréquemment arrivée de tomber sur des sites de France ou d'Angleterre. Cela m'étonne peu puisque le livre original est une publication britannique. Des pépinières comme Jasmin, Villeneuve ou Vivaces de l'Isle qui ont des collections assez riches n'offrent pas toujours leurs suggestions. À défaut, il faudra probablement substituer les variétés proposées par des similaires offertes par vos pépinières préférées. Ou sinon, faire pression auprès de ces derniers afin qu'ils rendent disponibles ces perles rares !

En somme, on ne peut nier l'aide qu'apporte Jardin facile pour composer des aménagements aussi attrayants que faciles à entretenir. Toutefois, on ne devra pas être surpris si on ne trouve pas aisément  toutes les beautés pérennes proposées de façon si alléchante.

Jardin facile
Éditeur Sélection Reader's Digest
Publications Modus Vivendi
Année de parution: 2014
320 pages
Prix suggéré: 29,95$

***
L'événement horticole bien attendu de la région, Moisson en fleurs, revient cette année du 30 avril au 1er mai. Le Centre des moissons de Beauharnois se prépare à vous recevoir afin de visiter leurs installations, rencontrer professeurs et étudiants et bien sûr, faire le plein de nouveautés végétales.
Dans l'une des serres du Centre des Moissons: il faut avoir un budget, sinon on craque pour tout!Photo par Jasmine Kabuya Racine.

Commentaires

  1. Salut Jasmine!

    Ton billet est tout à propos avec ce que je m'apprête à vivre ce printemps! Je me demande même si je t'ai inspirée! ahah.

    Mon beau-frère a le livre dont tu parles et je compte bien lui emprunter pour faire ma propre planification. Evidemment, je suivrai tes conseils dont tu parles ici! Vive les plantes!

    Audrée

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oui, tu m'inspires chère Audrée ;)
      Tu auras tout un terrain de jeu sous peu et je t'envie grandement! Bien hâte d'entendre parler plus en détails de votre planification.

      Effacer
  2. Salut Jasmine. Je te félicite pour ce billet fort complet et très pertinent: on y retrouve une foule d'informations très intéressantes et qui nous font voir notre espace à verdir sous un angle différent. Un grand merci, c'est très inspirant! Lina

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci Lina! Oui, je voulais un billet qui nous aide à «affronter» les problèmes d'aménagements, sans non plus alourdir d'une tonne de conseils. Juste ce qu'il faut pour encourager à relever le défi!

      Effacer
  3. salut jasmine j'ai un tout petit jardin dont je voudrais aménagé je voudrais bien avoir ton aide :)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour! Pour me contacter en privé, m'écrire à mon adresse courriel que tu trouveras dans mon profil (en haut en gauche). Au plaisir!

      Effacer

Publier un commentaire

J'adore vous lire!

Messages les plus consultés de ce blogue

Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

Une cabane dans un arbre...pour les grands !

Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

Où acheter ses semences sur Internet

Gardez vos pissenlits!

Au coeur de l'été, une boisson rafraîchissante

Faire pousser des tomates à l'envers...

De l'ail, s'il-vous-plaît !