04 août 2015

La gourgane ou le souvenir d'une soupe

Orge perlée, carottes en dés, céleris tranchés, gourganes et bouillon blanc. Pour moi, cela est le souvenir d'une soupe que nous servait ma grand-mère originaire de Jonquière (Saguenay). Pour plusieurs Québécois, la soupe aux gourganes est un plat réconfort qui se décline en autant de façons que de cuisinières.

Petite, ce n'était pas ma soupe favorite. Je me souviens songer que ça manquait de punch! Il y a deux ans, mon palais y a goûté de nouveau après une longue absence. La cuisinière était originaire du Lac St-Jean. À la première cuillérée, j'ai instantanément retrouvé un bout d'enfance. C'était bon.

La gourgane a de l'histoire dans la cosse, car elle ont été longtemps les seules légumineuses à être cultivées en Europe durant le néolitique jusqu'à l'introduction du haricot. Son petit nom latin: Vicia faba var. major. Ses noms communs: fève des marais, fève à gros grain ou broad bean en anglais. Mais d'où vient le surnom gourgane? De Normandie. Le terme utilisé dans ce territoire au XVIIIe siècle a voyagé avec les premiers émigrants normands jusqu'à dans notre bol de soupe actuel.

Cette fève à gros grain et celle à petit grain (Vicia faba var minor, qui est surtout utilisée pour l'alimentation animale) est un légume dont les protéines à l'état vert atteignent une teneur de 5 à 6%. À l'état sec, cela peut aller jusqu'à 30%. Deux types de cultivars sont dissociés: les bruns et les triples blanches.

Dans mon jardin, j'ai testé un type brun dont les fleurs en grappes sont richement colorées de carmin. Je dois m'attendre qu'à la cuisson les fèves prennent une couleur brunâtre et que leur bouillon soit opaque. À l'inverse les triples blanches produisent un bouillon clair lorsque cuites et elles conservent leur teinte verdâtre.

La plante peut atteindre entre 50 et 100 cm selon les cultivars. Les longues cosses charnues abritent 5 à 10 grosses graines plates que je trouve fort jolies.

Fertiliser en beauté
Si j'ai décidé d'essayer cette fève cette année, c'était avant tout pour la tester comme fixateur d'azote. En effet, cette membre de la famille des légumineuses a la capacité de fixer l'azote atmosphérique grâce à des bactéries qui colonisent ses racines. L'azote est un élément essentiel dont notre agriculture dépend largement par des engrais: il s'agit du fameux «N» ou du premier chiffre indiqué sur la série de 3 des engrais qu'on se procure. Il aide les tiges et les feuilles à se développer et rend celles-ci plus vertes.
Ainsi quand on cultive une plante fixatrice d'azote, on fournit au sol et aux micro-organismes de celui-ci l'élément tant convoité. La gourgane peut donc être cultivée sur une parcelle du potager qui l'année suivante accueillera une culture exigeante, comme les tomates.

Une fois donc que mes gourganes auront donnés leurs graines, je couperai le feuillage, j'enfouirai celui-ci dans le sol. La matière organique et l'azote fixé nourrira le sol et les prochaines cultures. 

En prime, je pourrai me concocter un plat savoureux.

Réussir sa culture
Ma première culture de gourgane n'est pas des plus abondantes, mais j'ai appris de mes erreurs! Pour avoir un bon rendement, voici ce que mes sources d'informations m'ont révélé:
  • Semer très tôt au printemps. Le semis n'est pas frileux. On peut donc semer la gourgane 3 à 4 semaines avant la dernière date de gel ou dès que le sol est malléable. Chez la gourgane nul besoin d'un inoculant comme pour les pois par exemple pour augmenter leur rendement, puisque la bactérie responsable de la fixation de l'azote, Rhyzobium leguminosarum, est présente dans la majorité de nos sols.
  • Mettre la graine à une bonne profondeur. Jusqu'à 3 cm. On distance les graines de 15 cm et les rangs de 40 à 50 cm.
  • Oignons, ail et poireau ne sont pas de bons compagnons des fabacées, ils nuisent à leur croissance. On les tient donc à distance.
  •  La gourgane a une préférence pour une situation bien ensoleillée ainsi que les sols frais, profonds et humifères. On ne fertilise pas la plante évidemment. 
  • Les printemps longs et frais sont bénéfiques à la plante. Autrement, si des changements de températures brusques arrivent, ne vous en voulez pas si vos gourganes produisent peu!
  • On surveille les mauvaises herbes, on bine et on peut appliquer un paillis au besoin. 
  • Il est recommandé de butter les plants quelque peu lorsque ceux-ci ont une quinzaine de centimètres.
Déguster
Pour se faire une soupe de gourganes fraîches, on procède à la récolte lorsque les 3/4 de leur maturité est atteinte, autour de la mi-juillet. La cosse ou l'enveloppe doit être encore verte et sans tâche. On retire les fèves de leur cosse. Le blanchiment des fèves des marais dans l'eau salée pendant 2 minutes est suggéré pour enlever facilement la petite peau qui les recouvre, car sa présence apporte de l'amertume. Ensuite, on les cuit pendant 20 minutes.

Si on préfère les cuisiner comme légume sec, on laisse les gourganes mûrir sur leur plants jusqu'à ce que les cosses noircissent. On prendra soin de les faire sécher sur un treillis durant 3 à 4 semaines dans un endroit aéré. Puis, on les écosse avec beaucoup de patience. Ensuite, on conserve les fèves au sec et à l'abri de la lumière. Pour les réhydrater, une cuisson de 2 heures est à prévoir.


Sources:
- Yves Gagnon, La culture écologique des plantes légumières, 2004
- Feuillet technique Gourgane, Conseil des productions végétales du Québec, 1992
***
Lecture estivale
Récemment actualisé, l'Encyclopédie du jardinage au Québec et au Canada est un volumineux livre au format carré qui se veut une référence complète en jardinage.  Voici une entreprise peu aisée, considérant la panoplie de situations dans laquelle on peut trouver le jardinier canadien!

On remarque d'abord que tous les types de plantes (légumes, bulbes, rosiers, etc.) et leurs utilisations sont visités (pelouse, jardins d'eau, rocaille, etc). À l'aide d'illustration claires, on explique des techniques simples ou complexes comme la multiplication des dahlias, la  taille et la conduite des pommiers, le bouturage de tiges semi-aoûtées et même la multiplication de fougères par spores! Assurément, le débutant et l'expert en jardinage seront comblés.
Par exemple, le tableau sur les plantes tapissantes aidera à trouver sans tracas les élues qui pourraient remplacer des parties de  pelouse. Les informations sur chacune des variétés sont claires et détaillées. Plus de 200 tableaux nous divulguent de façon nette l'information sur diverses plantes. On aime.
En un coup d'oeil, le petit guide des plantes vivaces qui couvre 22 pages, permet d'avoir le portrait d'un genre, ses caractéristiques, ses espèces et variétés, ses soins particuliers et sa multiplication. C'est très pratique. D'ailleurs, on a réservé aux plantes populaires de nos jardins comme les hostas, rosiers et hémérocalles un chapitre pour chacune d'elle.

Je vais certainement m'inspirer de la colonne «multiplication» du chapitre Arbustes. Pour chaque genre, on conseille les meilleures façons de multiplier soi-même les plantes ligneuses. Avis à ceux qui veulent garnir leur terrain à peu de frais! J'aime aussi la section Ravageurs et maladies laquelle couvre une panoplie de désordres que l'on peut voir apparaître sur nos plantes. Alors que les dessins sont désuets, les moyens de traitement ne le sont pas; on favorise des solutions écologiques comme l'application de purin ou le ramassage de l'insecte. Ça concorde avec notre époque.
Comme pour tout livre de ce genre qui couvre les multiples zones climatiques de notre vaste territoire, il nous arrive de tomber en amour avec un arbuste ou une vivace non-rustique chez soi.  Néanmoins, la variété proposée est telle qu'on oubliera vite ce qui ne convenait pas à notre situation géographique.

Les photos du guide sont de qualité variable mais on pardonne cette lacune grâce à la richesse des illustrations des techniques qui transforment des données complexes en information interprétable. Peu de livres de référence peuvent se vanter de contenir tout ce qu'il faut pour jardiner, de prétendre répondre à «tous vos besoins». Or celui-ci le peut.

Encyclopédie du jardinage au Québec et au Canada
Collectif 
Sélection Reader's Digest (Groupe Modus)
576 pages
prix suggéré: 34,95$

2 commentaires:

  1. J'adore te lire, mais je ne reçois jamais ta newsletter. Je vais me désinscrire et ensuite me réinscrire....
    En France, je pense que la plupart des jardiniers sèment les fèves avant l'hiver. Ainsi, elles sont bonnes à manger tôt dans la saison.
    Je les adore crues avec du pain et du beurre (il faut les peler si elles sont trop grosses).
    Chez vous, met-on une fève dans la galette des rois ?
    Gros bisous des montagnes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut La Fourmi!
      Comme je suis contente que tu m'écrives. J'adore savoir comment, de l'autre côté de l'Atlantique, vous utilisez des végétaux qui nous sont communs.
      Ici, il faudrait que je m'informe au sujet de la galette des rois. C'est une tradition qui est pas ou peu pratiquée ici.

      J'ai tenté de t'écrire par courriel, mais sans succès. Réécris-moi afin que j'aies la bonne adresse!

      Bises de bonne nouvelle année!

      Supprimer

J'adore vous lire!

Tiens, ça m'intéresse!

2010 6 commandements abattage abeille abeilles achat achat en ligne achillée acidanthera agriculture biologique agriculture urbaine agriculture urbaine. agroforesterie ail ail congelé ail des bois air aisselles Allium amarante amélanches aménagement aménagement comestible Aménagement paysager amendement An Inconvenient Thruth ancestral anciens ancolie André Bouchard anémone monarque aneth animaux annuelle annuelles annuelles comestibles applications arboretum arboriculteurs arbre Arbres Arbres Canada arbres fruitiers arbuste arbustes architecture de paysage arroche article asclepiade assemblée nationale atelier ateliers athyrium auteur auteure automne avant-après azalée bac bacs balade banane basilic beauté bébelles bégonias bénévolat bénévole bettervaes bettes beurre de karité bibliothèque bilan 2009 bisannuel bisanuelle bizarrerie bleuets blogue blogueur bois noir bois. bordure botanique bottes bouquet de fleurs bourdon bouturage boutures branches branches. Brésil bromélicaées bûches buissonnante bulbe bulbes bulbes automne bulbes printaniers café calendulas campagne Canada canna cannas carottes carton caryer causerie célastre centaurée céonomiser céphalanthe cephalanthus cerfeuil Châteauguay chêne chênes chenille Chicago choix chou cimicifuge ciné citation citoyens classiques clématite cloner coccinelle coléus colibri collations collecteur d'eau commande compost compostage compostage industriel composter concombres concours concours. conférence conservation contenants coquelicot coquelicots coquille d'oeuf coriandre cosmétique naturel cosmétiques non toxiques couche froide Coup de pouce coupe coupe-bordure courge couvre-sol créativité critique Crivert Crivert. crocosmia croissance cueillette cuisine cuisiner culture cultures D.I.Y. sagesse daphné David Suzuki débutant décès déchet déchets décoration démarche dentée déodorant design de jardin designers de jardins dessin Di Stasio dianthus disco soupe don eaux de pluie eaux de ruissellement échange école écologie. Edith Smeesters élaguage élagueur énergie enfant Enfants engrais entretien érable est été étêtage événement façade Facebook famille favorites femmes fermeture du jardin fertilisant fertilité du sol Festival international de Métis fête feuillage feuilles feuilles lustrées feuilles mortes feuillet figure film fils électriques fines herbes fleur d'ail Fleurbec fleuristerie fleurs fleurs plantes jardins Flora Ubana floraison flore flore laurentienne Floride folioles fongicide foresterie urbaine forêt forêt. érablière forêt. micocoulier fougère framboises Frédéric Back frêne frimas fruits gadgets gaffe Garant Gardens Illustrated gazon gel géranium germination germinations gestion de l'eau Gille Clément gingko Gisèle Lamoureux givre glaïeul Google gouttière graines grainetiers graminée graminées grenouilles grimpant guide guide du potager urbain haricots hémérocalles herbacées herbe à puce herbes héritage histoire hiver horticulture hostas huffington pots huiles essentielles hydrangée hysope hysope. identifications inauguration incroyables comestibles inégale insecte Insectes internet iris ironie jardin jardin botanique jardin. jardinage jardins Jardins de Métis JBM jeunes josée landry Jouer dehors julienne des dames jury kale Kim Thúy knautia La Bienvenue laideur laitues lancement lasagne le petit mas lectrice légumes ligulaire Lili Michaud limonade lisse livre livres lobélie. Louise Chèvrefils lumière maackia magazine maison Marabout marcottage marcotter Marie Selby Botanical garden Marie-Victorin marketing martin-pêcheur matière organique mauvaises herbes mélisse melon messicole Michael Pollan michel beauchamp micropousses mobilier de jardin mode de vie moisson en fleurs molène monarque mousses moutarde muguet multiplication murs végétalisés myrica Nancy J. Ondra narcisses nature naturel neige Noël noix nom commun nom latin noms vernaculaires nouveautés novembre odeur oeillet oiseaux omafra ombragé onagre. orchidées ouest outil outils paillis pak choi palmiers papillon parc des îles de Saint-Timothée Parc Jean-Drapeau parc régional Beauharnois-Salaberry parfum parfums Paris partage partie 1 partie 2 passion Patrice Fortier patrimoine peinture pelouse pépinière périlla permaculture permis persil petits fruits pétunia petunia exserta petunia multifida pétunias peuplier phacélie photo photographes photos phytophage pierres piments pin suisse pissenlit pivoines planifier plantation Plantcatching plante indigène plante potagère planter plantes plantes comestibles plantes d'intérieur plantes indigènes plantes médicinales plantes potagères plantes riveraines plantes sauvages plantes tropicales plate-bande plate-bande bouleau plate-bandes pluie poires poirier pois poivron pollinisateurs pommes pommier potager potées pots poudre d'hormone pratique pré fleuri prés primulas printemps prix pro procédé produits profil projet provisions prunes purin Québec racines rampante rare râteau ravageurs recette récolte reconnaître récupération rembourreur renaturalisation ressources rhododendron rhubarbe roches romarin rosiers rouge rudbeckie ruelle verte Salaberry-de-Valleyfield salade sauge saule scientifiques semence semences semi-ombragé semis sentier sentier comestible sentier Gisèle-Guérin-Rémillard serre shiso site sites société des plantes sol sec soleil sondage soucis styles substrat systèmes tâches taille taxi technique teigne du poireau terrarium terre terreau thym tiarelle tirage tomate tomate blanche tomates tondeuse topinambour tournesol Toxicodendron radicans transpiration transplanter trèfle trucs Trucs maison tubercules tulipes tulipier Ulmer urbainculteurs Valleyfield variétés du patrimoine vente vermicompostage vers verveine verveine citronnelle vesse-de-loup vidéo ville visite vivace vivaces Vivaces grimpantes vocabulaire voyage wollypocket
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner