Et le piment?


J'ai tellement parlé de mon piment d'Espelette (de St-Timothée, dis-je) l'an dernier que j'en ai oublié de vous dire qu'il était délicieux! Cela aura pris deux mois pour qu'il sèche bien : j'avais suspendu par la queue la vingtaine de piments du jardin sur une ficelle, puis les avaient exposés dans la cuisine, dans un espace pas trop éclairé. Il a fallu attendre qu'ils deviennent rouge presque noir pour enfin les moudre. Et après, qu'est-ce qu'on fait ? On en met dans tous les plats!!!

Détails de culture chez nous ici.

Commentaires

  1. Oh! qu'il est beau, Jasmine! je réalise que le mien -moi c'est du piment de la vallée du Richelieu- doit être bien sec... faudrait le moudre et puis faire comme toi et en mettre dans tous les plats! je t'en reparle!

    RépondreEffacer
  2. Bonjour Ruth! Contente que mon billet piments t'ait rappelé que les tiens n'attendent que de réveiller tous vos plats!!!!

    RépondreEffacer

Publier un commentaire

J'adore vous lire!

Messages les plus consultés de ce blogue

Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

Une cabane dans un arbre...pour les grands !

Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

Où acheter ses semences sur Internet

Gardez vos pissenlits!

Au coeur de l'été, une boisson rafraîchissante

Faire pousser des tomates à l'envers...

De l'ail, s'il-vous-plaît !