17 janvier 2014

Sang-dragon, Tabac-du-diable et Gratte-cul

Dans son dernier article, Horticulture Indigo met en lumière un aspect de notre folklore, celui du répertoire des noms populaires de nos plantes sauvages. La lecture de la courte liste de ces vocables permet d'imaginer que selon le cas les ancêtres savaient emprunter aux Amérindiens ou à l'histoire des mots évocateurs, qu'ils étaient attentifs aux attributs physiologiques des plantes et qu'ils étaient pourquoi pas, un brin fantasques!
Celle-là on l'appelle entre autres herbe à dinde, herbe à dindon, herbe à la coupure, herbe au charpentier, saigne-nez, sourcil de vénus et finalement, achillée millefeuille (Achillea millefolium).
Moi, je ne connaissais que le premier et les deux derniers noms!
Photo par Jasmine Kabuya Racine.
Faites-vous partie de ceux et celles qui ont peu recours aux noms communs des plantes pour les désigner? Personnellement, je me suis toujours sentie plus à l'aise avec le français et le latin, surtout avec ce dernier qui ne fait pas défaut quand vient le temps de nommer avec précision. Pourtant, il y a un quelque chose de savoureux dans l'acte de prononcer de l’herbe-crapaud (sarracénie pourpre), de la tête de moineau (centaurée jacée) ou du patagon (lis tigré)!
La molène vulgaire  (Verbascum thapsus) a aussi un chapelet de noms populaires comme blanc de mai, blanc mâle, buisson blanc, cierge de notre-dame, tabac du diable, saint fiacre semelles et herbe à bonhomme.
Photo par Jasmine Kabuya Racine.

En 1935, Marie-Victorin prédisait déjà la «mort» des noms vernaculaires. C'est Roger Latour qui m'a fait découvrir dans un billet sur l'asclépiade de février passé cette triste prédiction : 
« Les canadianismes véritables, c'est-à-dire spécifiques et d'usage courant, sont plutôt en petit nombre. Ils forment un trésor linguistique d'une valeur inestimable, mais qui, vraisemblablement, ne s'accroîtra plus. Les conditions de la vie moderne, une impitoyable standardisation par l'école et la radio, par le cinéma et le journal, ne permettent plus cet insularisme de la vie quotidienne, ces processus lents et cumulatifs qui aboutissent à la création folklorique.»
Ouch!

Et Roger de spécifier que la venue de l'Internet ajoute à la standardisation. Et moi de greffer que les horticulteurs trop agrippés au latin n'aident pas à la cause...
Le céphalanthe occidental (Cephalanthus occidentalis).
Avouez que son nom de bois-bouton est plus sympathique!
Photo par Jasmine Kabuya Racine.
Cela dit, je me défie de saupoudrer un peu plus de noms communs dans mes billets et mon langage de tous les jours, surtout avec les enfants qui sauront apprécier j'en suis certaine! 

Et vous, votre vocabulaire botanique folklorique est-il riche, acceptable ou pauvre?


Note: Les guides Fleurbec sont d'excellents ouvrages pour qui veut connaître les noms vernaculaires des plantes sauvages. Je m'en suis servie pour l'achillée et la molène.

8 commentaires:

  1. Ma chère, votre billet frôle la réflexion philosophique. En nous posant LA question, vous risquez de susciter une profonde réflexion sur qui nous sommes,et vous va-t-on ?

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Duker,

    Je ne voudrais en aucun cas donner trop à réfléchir...

    S'il semble que notre société a gagné en savoir scientifique, je me demande à quel point a-t-on perdu en savoir populaire et utile? La majorité de nous sommes-nous conscients de la richesse végétale autour de nous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, en effet, il est difficile de se décoller le nez de l'arbre devant nous afin de voir la forêt qui s'y trouve. La société moderne ressemble à ce train qui sans conducteur accélère dangereusement, sommes nous à la veille d'une catastrophe, je croît sincèrement que nous sommes en plein dedans,Mais tout comme le Titanic qui prenait l'eau, annonçant une catastrophe, dans les pont supérieurs, on trinquaient et dansaient allégrement. Il ne me reste qu'à faire de mon mieux, en étant le plus responsable dans ma propre consommation et en faisant le plus de sensibilisation, tout comme vous le faite, on ne sait jamais.

      Supprimer
    2. Effectivement Duker, nous n'avons pas grand chose à perdre à faire de notre mieux dans notre situation!

      Supprimer
  3. Merci Jasmine pour ce billet! Ca me rappelle une discussion que nous avions eu à ce sujet.
    Quant à moi, les noms latins n'entrent pas dans ma cervelle et ça me désole...Je suis toujours impressionnée par ceux qui les nomment et défilent ces noms de plante comme si de rien n'était!
    Après réflexion, je crois que je connais davantage les noms populaires des plantes, ce que j'attribue à l'héritage immatériel provenant de ma grand-mère maternelle qui était une horticultrice amateure des plus remarquable. Elle utilisait les noms populaires et ces ceux que je retiens le plus aisément. Aussi, je me rends compte que les noms populaires créent une image dans ma tête -un genre d'album de photo-, ce qui évoque directement la plante en question.
    Merci pour la réflexion: je pense qu'on gagnerait à promouvoir les deux utilisations, question d'équilibre.....:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Lina,

      J'ai pensé à toi en composant ce billet puisque mon vocabulaire des noms populaires me vient de toi! Je me vois petite me présenter l'herbe à dinde et le bouton d'or!

      Leur nom souvent fortement imagé aide bien sûr à se rappeler leur allure, je te l'accorde. Et pour tout amateur, faire connaissance par cette voie est plus engageant.

      Je me rallie à l'utilisation équilibrée des noms populaires, français et latin: on en sait jamais trop!

      Merci de ton passage!

      Supprimer
  4. Bonjour Jasmine,
    Merci pour ton invitation à prendre connaissance de ton Blog et site internet. J'y découvre plein d'information et de liens fort intéressants. Merci et mes salutaitons les plus chaleureuses à toi et aux membres de ta famille.
    André

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour André,

      Comme c'est plaisant de lire ton message!

      Merci de venir consulter mon site que je souhaite riche, à l'image des mondes végétal, du jardinage et de l'horticulture.

      Au plaisir de se voir bientôt en chair et en os!

      Supprimer

J'adore vous lire!

Tiens, ça m'intéresse!

2010 6 commandements abattage abeille abeilles achat achat en ligne achillée acidanthera agriculture biologique agriculture urbaine agriculture urbaine. agroforesterie ail ail congelé ail des bois air aisselles Allium amarante amélanches aménagement aménagement comestible Aménagement paysager amendement An Inconvenient Thruth ancestral anciens ancolie André Bouchard anémone monarque aneth animaux annuelle annuelles annuelles comestibles applications arboretum arboriculteurs arbre Arbres Arbres Canada arbres fruitiers arbuste arbustes architecture de paysage arroche article asclepiade assemblée nationale atelier ateliers athyrium auteur auteure automne avant-après azalée bac bacs balade banane basilic beauté bébelles bégonias bénévolat bénévole bettervaes bettes beurre de karité bibliothèque bilan 2009 bisannuel bisanuelle bizarrerie bleuets blogue blogueur bois noir bois. bordure botanique bottes bouquet de fleurs bourdon bouturage boutures branches branches. Brésil bromélicaées bûches buissonnante bulbe bulbes bulbes automne bulbes printaniers café calendulas campagne Canada canna cannas carottes carton caryer causerie célastre centaurée céonomiser céphalanthe cephalanthus cerfeuil Châteauguay chêne chênes chenille Chicago choix chou cimicifuge ciné citation citoyens classiques clématite cloner coccinelle coléus colibri collations collecteur d'eau commande compost compostage compostage industriel composter concombres concours concours. conférence conservation contenants coquelicot coquelicots coquille d'oeuf coriandre cosmétique naturel cosmétiques non toxiques couche froide Coup de pouce coupe coupe-bordure courge couvre-sol créativité critique Crivert Crivert. crocosmia croissance cueillette cuisine cuisiner culture cultures D.I.Y. sagesse daphné David Suzuki débutant décès déchet déchets décoration démarche dentée déodorant design de jardin designers de jardins dessin Di Stasio dianthus disco soupe don eaux de pluie eaux de ruissellement échange école écologie. Edith Smeesters élaguage élagueur énergie enfant Enfants engrais entretien érable est été étêtage événement façade Facebook famille favorites femmes fermeture du jardin fertilisant fertilité du sol Festival international de Métis fête feuillage feuilles feuilles lustrées feuilles mortes feuillet figure film fils électriques fines herbes fleur d'ail Fleurbec fleuristerie fleurs fleurs plantes jardins Flora Ubana floraison flore flore laurentienne Floride folioles fongicide foresterie urbaine forêt forêt. érablière forêt. micocoulier fougère framboises Frédéric Back frêne frimas fruits gadgets gaffe Garant Gardens Illustrated gazon gel géranium germination germinations gestion de l'eau Gille Clément gingko Gisèle Lamoureux givre glaïeul Google gouttière graines grainetiers graminée graminées grenouilles grimpant guide guide du potager urbain haricots hémérocalles herbacées herbe à puce herbes héritage histoire hiver horticulture hostas huffington pots huiles essentielles hydrangée hysope hysope. identifications inauguration incroyables comestibles inégale insecte Insectes internet iris ironie jardin jardin botanique jardin. jardinage jardins Jardins de Métis JBM jeunes josée landry Jouer dehors julienne des dames jury kale Kim Thúy knautia La Bienvenue laideur laitues lancement lasagne le petit mas lectrice légumes ligulaire Lili Michaud limonade lisse livre livres lobélie. Louise Chèvrefils lumière maackia magazine maison Marabout marcottage marcotter Marie Selby Botanical garden Marie-Victorin marketing martin-pêcheur matière organique mauvaises herbes mélisse melon messicole Michael Pollan michel beauchamp micropousses mobilier de jardin mode de vie moisson en fleurs molène monarque mousses moutarde muguet multiplication murs végétalisés myrica Nancy J. Ondra narcisses nature naturel neige Noël noix nom commun nom latin noms vernaculaires nouveautés novembre odeur oeillet oiseaux omafra ombragé onagre. orchidées ouest outil outils paillis pak choi palmiers papillon parc des îles de Saint-Timothée Parc Jean-Drapeau parc régional Beauharnois-Salaberry parfum parfums Paris partage partie 1 partie 2 passion Patrice Fortier patrimoine peinture pelouse pépinière périlla permaculture permis persil petits fruits pétunia petunia exserta petunia multifida pétunias peuplier phacélie photo photographes photos phytophage pierres piments pin suisse pissenlit pivoines planifier plantation Plantcatching plante indigène plante potagère planter plantes plantes comestibles plantes d'intérieur plantes indigènes plantes médicinales plantes potagères plantes riveraines plantes sauvages plantes tropicales plate-bande plate-bande bouleau plate-bandes pluie poires poirier pois poivron pollinisateurs pommes pommier potager potées pots poudre d'hormone pratique pré fleuri prés primulas printemps prix pro procédé produits profil projet provisions prunes purin Québec racines rampante rare râteau ravageurs recette récolte reconnaître récupération rembourreur renaturalisation ressources rhododendron rhubarbe roches romarin rosiers rouge rudbeckie ruelle verte Salaberry-de-Valleyfield salade sauge saule scientifiques semence semences semi-ombragé semis sentier sentier comestible sentier Gisèle-Guérin-Rémillard serre shiso site sites société des plantes sol sec soleil sondage soucis styles substrat systèmes tâches taille taxi technique teigne du poireau terrarium terre terreau thym tiarelle tirage tomate tomate blanche tomates tondeuse topinambour tournesol Toxicodendron radicans transpiration transplanter trèfle trucs Trucs maison tubercules tulipes tulipier Ulmer urbainculteurs Valleyfield variétés du patrimoine vente vermicompostage vers verveine verveine citronnelle vesse-de-loup vidéo ville visite vivace vivaces Vivaces grimpantes vocabulaire voyage wollypocket
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner