2 x 2 projets de jardinage en temps de confinement

L'année 2020 et son inconfortable confinement seront mémorables pour les semenciers québécois. Demandez aux co-propriétaires de la Ferme Tourne-Sol qui ont vendu 6 fois plus de semences par rapport aux années passées ! Cette flambée de vente de semences laisse supposer que beaucoup de nouveaux adeptes ou de vétérans veulent cultiver davantage, spécialement des plantes comestibles. Est-ce la crainte de manquer de légumes frais cet été ou la recherche d'une activité paisible à l'extérieur qui font accourir les jardiniers autant ? Je suis bien curieuse de vous entendre là-dessus (psitt, laissez-moi un commentaire tout en bas !)

Pour ma part, j'ai semé une douzaine de variétés de tomates... Bah comme d'habitude ! Elles s'appellent 'Purple Cherokee', 'Groseilles de Léon', 'Ida Gold', 'Raisins verts', 'Persimmon' ou 'Montreal Tasty Red'. Les aficionados de tomates savent qu'il est très difficile de ne semer qu'une ou deux sortes.

Mes semis de poivrons ont été un demi-échec. Sur plusieurs semés, seulement quelques graines ont pointé hors terre. Par chance, une amie m'a gentiment offert des poivrons qu'elle avait en surplus! Le jardinage, c'est assurément un acte de partage.
Mertensie maritime (Danielle Langlois sur Wikipedia)

Échec, pourtant, il faut être prêt à cela au jardin. Je tente donc de faire germer de la mertensie maritime (Mertensia maritima) que je me suis procuré chez la Société des plantes, une «belle rampante des rivages salés et froids de l'Amérique du Nord». Le semis exige un substrat particulier, des changements de températures et le temps de levée est très long. Ce genre d'aventure est excitante puisque le niveau de difficulté est proportionnel à la joie de la réussite, si jamais on réussit...

Mais bon, le thème de ce billet ne se voulait pas une énumération de mes semis. En fait, il est un prétexte pour vous attirer davantage dehors. Comme les soucis pèsent ou guettent plusieurs d'entre nous, je désirais proposer des petits projets doux pour le budget et "thérapeutiques". Puis comme la lecture est une activité prisée ces temps-ci, j'en profite pour recommander deux livres inspirants reçus récemment. 

PROJETS DE JARDINAGE

Multipliez vos arbustes

Les beaux jardins se démarquent par leur utilisation de la répétition. Hors, nous sommes tous sujets à créer des plates-bandes de "jardin botanique", c'est-à-dire avec un spécimen par espèce. Nous succombons souvent à la collection, moi la première. 

Créer des massifs de la même plante et planter à plusieurs endroits sur son terrain le même arbuste (sans faire dans la monoculture non plus) sont des trucs à essayer si vous trouvez que votre aménagement manque de cohérence.
Hydrangées en allée. Image par David Mark (Pixabay)
Les arbustes sont parmi les plus convoités des végétaux pour la structure qu'ils apportent, mais ils peuvent coûter chers. C'est pourquoi le marcottage, une technique de multiplication toute simple, permet de créer des clones et ce, à très peu de frais. Lisez ce billet pour savoir comment : Vous voulez plus d'arbustes au jardin ? Marcottez-les ! * Attention, certains arbustes se marcottent mieux après la floraison. 

Cultivez votre bouquet de fleurs

Se procurer des bouquets de fleurs est un petit luxe que beaucoup d'entre nous délaissons. Et si vous cultiviez vos propres fleurs à couper ? 

C'est le bouquet (Pixabay).

Ceci m'amène à vous parler d'un livre aussi beau que pratique reçu il y a quelques semaines : Mastering the Art of Flower Gardening par Matt Mattus. Ce viril jardinier du Massachusetts bien connu par chez lui, nous propose une série de plantes à découvrir ou à redécouvrir. En effet, il propose la culture des plantes qui, jadis, ont connu leur heures de gloire. Parmi celles-ci, la nicotine (Nicotiana spp.), le pois de senteurs (Lathyrus odoratus), la pivoine (Paeonia spp.) et la giroflée des jardins (Matthiola incana). Des jolies fleurs qui ne demandent qu'un retour bien mérité ! Par exemple, les pois de senteur possèdent généralement un parfum envoûtant. On les sème directement au jardin lorsque les températures sont fraîches comme en ce moment. Selon Mattus, les variétés Spencer sont les meilleurs pour les fleurs coupées grâce à leur longues tiges, leurs floraisons généreuses et leur fragrance.



Ce livre nous permet donc de faire la connaissance de plantes oubliées à travers de courts portraits, quoique les favorites de Mattus se voient accorder quelques pages à elles seules, telles que les primevères (qui le méritent bien). 

Pour ma part, j'aime lorsque l'auteur glisse quelques faits historiques à propos de ses préférées (savez-vous que les premiers glaïeuls ont été importés d'Afrique du Sud par les Hollandais et les Anglais autour de 1740 ?)  J'aime aussi les astuces de culture qu'il nous propose que ce soit pour réussir nos semis ou nous indiquer clairement les besoins réels d'une espèce. Finalement, le livre richement illustré s'achève sur un chapitre dédié aux floraisons d'hiver. Ça m'a donné le goût d'essayer le muguet  (Convallaria majalis) à l'intérieur !

Alors, envie d'essayer de cultiver vos bouquets pour cet été ou les saisons futures? Voici une courte liste de mes favorites :
  • Dahlia (Dahlia spp.) /// Production Saint-Anicet et The Dahlia Expert
  • Tabac géant (Nicotiana sylvestris
  • Tournesol, du petit au géant (Helianthus annuus)
  • Zinnia (Zinnia elegans)
  • Tagètes (Tagetes spp.)
  • Pivoines (Paeonia spp.) /// Pivoines Capano et Jardins Osiris
  • Ancolie (Aquilegia spp.)
  • Tulipes (Tulipa spp.)
  • Petite scabieuse de Macédoine (Knautia macedonica)

240 pages
Prix suggéré : 39,99 $ CAN

Dehors les plantes d'intérieur !

Cela fait des années que j'utilise mes plantes d'intérieur pour embellir le jardin lors de la saison chaude. Généralement, elles aiment bien profiter de l'abondance de lumière et des pluies qui nettoient le feuillage. J'ai d'ailleurs un romarin âgé de 5 ans qui passe la belle saison dehors et qui rentre lorsque les nuits se font plus fraiches. 

J'ai aussi des plantes qui se prêtent bien au jeu du bouturage, comme ce coléus (Plectranthus scuttelariodes) pris en photo dans mon salon. On y voit la jeune bouture et son parent derrière. Ces plantes bouturées une fois acclimatées au dehors (j'attend généralement la fin du mois de mai avant de sortir mes plantes d'intérieur) peuvent garnir nos potées fleuries pas cher, pas cher. 

Quelles plantes favoriser ? Je pense aux plantes au port retombant comme la misère (Tradescantia) et le pothos (Scindapsus). Aussi, les géraniums se bouturent très bien. Nos grands-mères le savaient.

Pour savoir comment bouturer avec succès, lisez ce billet Cloner à bon marché .

Voici une plante ultra facile à bouturer (Plectranthus scuttelariodes). Elle ira bientôt embellir une jardinière extérieure.

Des plantes sorties du frigo

OK, je sais qu'internet regorge de vidéos sur comment refaire pousser des légumes provenant de l'épicerie ou du panier bio. Je ne suis pas des plus originales en vous le proposant ici.  Sincèrement, il y a tellement de plaisir à retirer de l'expérience de refaire pousser un oignon vert ou un ananas, je ne pouvais vraiment pas passer à côté de cette proposition. C'est aussi une excellente manière d'initier les jeunes au jardinage. À part le terreau, il n'y a rien d'autre à se procurer puisqu'on récupère les restants de nos fruits et légumes et des pots formels ou informels. 
Dans ce bac où poussent les épinards, il y a aussi des oignons verts bio que j'ai directement plantés (flèches jaunes). Lorsque vous cuisinerez vos oignons verts, gardez l'extrémité blanche et ses racines (1 à 2,5 cm environ). Ensuite, mettez en contact avec du terreau ses petits bouts. En moins de 2 semaines, une tige verte apparaîtra au-dessus du sol.

Pour nous aider à bien choisir la méthode de repousse, le livre Un potager dans ma cuisine de Katie Elzer-Peters est d'un grand secours. Cette horticultrice américaine détaille 25 projets de jardinage à réaliser partir des plantes les plus communes de nos garde-manger et frigo. Vous serez guidé étape par étape et avec des illustrations claires afin de réussir à faire repousser du curcuma, un avocat ou une patate douce. L'auteure explique également à quel moment vous pouvez récolter ou replanter vos produits. On passe du déchet au succès. Vous pourrez ensuite vous vanter en disant «c'est moi qui l'ai fait pousser tout seul !»


127 pages
Prix suggéré : 24,95 $

Commentaires

  1. Merci pour les belles idées de fleurs! J'avoue que je suis plutôt conservatrice pour mes fleurs haha! Je mets tellement d'énergie au potager que j'opte toujours pour des vivaces sans besoin d'entretien :P Et je ne sais pas ce qui avait dans l'air mais j'ai aussi eu un échec pour mes semis de piments et poivrons pour la première fois en 4 ans :( Aucune idée de ce qui s'est passé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Andréanne,

      Ça fait plaisir de vous lire ! On est là pour s'inspirer les uns les autres :) Ah ben pas de succès avec les poivrons et piments aussi de votre côté... l'ambiance Coronavirus ne leur plaît pas faut croire !!!

      Supprimer
  2. Bonjour Jasmine,
    je vois que tu es toujours dans l'expérimentation...
    Il y a deux ou trois ans, j'avais acheté une mertensia.J'ignorais qu'elle venait de rivages froids. Elle a souffert pendant l'hiver et a vivoté l'année suivante. Mais elle avait fait des bébés, des mini-pousses qui auraient peut-être survécu si je les avais bichonnés dans des pots. Tu as donc toutes les chances de réussir ton semis car, en général, les boraginacées se resèment allègrement. Or, je les ai laissés en terre, et au printemps suivant, tout était mort. Cette année, j'ai acheté une nouvelle plante, car j'adore décorer mes plats avec ses feuilles, et je récupérerai quelques graines.
    Je suis du style collectionneuse, donc je suis incapable d'avoir cette belle allée d'hydrangeas tous identiques.
    J'espère que toute ta famille va bien.
    Bises des montagnes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah la Fourmi ! Comme il est plaisant d'avoir de tes nouvelles ! Ça ne m'étonne pas que connaisse la mertensia et que tu aies essayé. Merci du partage de ton expérience. Pour l'instant, aucune levée de semis... Mais bon, je ne perds pas espoir. Oui, moi aussi je suis collectionneuse et de créer des massifs est un défi pour moi ! Finalement, la famille va bien et j'espère que la tienne aussi. Je t'envoie des pensées du Québec !

      Supprimer

Publier un commentaire

J'adore vous lire!

Messages les plus consultés de ce blogue

Où acheter ses semences sur Internet ?

Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

Une cabane dans un arbre...pour les grands !

Que faire avec les feuilles de lavande?

Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

Au coeur de l'été, une boisson rafraîchissante

Fleurs d'ail, du jardin à l'assiette

Comment semer des glands de chênes + un texte inspirant de Robert Poupart, un semeur d'arbres