20 octobre 2009

Compost 101

Ce billet s'adresse particulièrement aux étudiants du Collège de Valleyfield. Plusieurs d'entre eux ont redemandé de l'information sur le compostage domestique durant le cours portant sur l'éthique de l'environnement de mon copain (voir ce billet). Toutefois, que vous soyez n'importe où sur la planète, vous pouvez utiliser les informations générales pour réaliser chez vous le compostage.
Voici donc en rappel, le feuillet réalisé l'automne dernier.

Le compostage domestique ou comment produire de l'or noir !
Le compostage domestique est une façon facile de réduire le poids de notre sac de vidanges, et par conséquent de diminuer l’enfouissement d’une matière qui se révèle être de l’or.
Le secret pour réussir son compost ? D’abord, de la persévérance, une bonne connaissance du procédé (qui se révèle peu complexe) et une bonne attention. La persévérance, oui, parce que pour avoir du compost cela prend un certain temps (il faudra de quelques mois à 3 ans avant de récolter le produit) et parce qu’il peut être décourageant de découvrir que notre compost sent mauvais puis, de tout abandonner. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir une bonne connaissance du procédé et des quelques règles d’or. 

Finalement, plus vous apporterez d’attention à votre compost, plus vite la matière se dégradera et un jour, vous aurez l’agréable surprise de réaliser que les coquilles d’œufs, le marc de café, votre pelure de banane et vos feuilles mortes ne sont plus reconnaissables et vous aurez dans vos mains une belle matière nourrissante, soit l’humus, pour votre jardin et vos plantes intérieures!

Ceci étant dit, voici les quelques trucs à mettre en application pour réussir votre compost :
1- Le type de compost :
a. Vous habitez en appartement? Dans ce cas, vous préfériez peut-être faire du vermicompostage ou lombricompostage. Il s’agit d’avoir une boîte de plastique perforée à la base sous laquelle on glisse un cabaret pour recueillir le lixiviat (le jus résultant de la décomposition des déchets organique) et accueillant de voraces vers de terre prévus à cet effet (vers rouges). Pour plus de détails, voir ce billet et le site Espace pour la vie.

b. Si vous avez suffisamment d’espace extérieur pour accueillir une boîte à compost (compostière) d’au moins un mètre cube, je vous recommande d’utiliser cette méthode, car je la trouve plus facile et mieux adaptée si on veut composter beaucoup de matières. 

Vous pouvez fabriquer votre boîte (avec du bois recyclé, de vieilles palettes ou même une bande de plastique de style clôture à neige) ou tout simplement l’acheter (la MRC de Beauharnois-Salaberry propose ou vend des contenants, voir à la fin du document pour les informations). Il faut se munir dans ce cas d’un petit bac pour recueillir vos déchets de tables dans la maison (voir la photo pour un exemple), d’une fourche pour mélanger le tas une fois de temps en temps et voilà! 

N’oubliez pas que la boîte de compost ne doit pas avoir de fond pour que les microorganismes aient accès à celle-ci.
2- LA RECETTE ?
a. Ce qu’on peut mettre ou les matières compostables
  • Restes de table (sauf le gras et la viande)
  • Pelures de fruits et de légumes
  • Filtres (marc) à café, thé
  • coquilles d'œufs
  • Serviettes en papier (en quantité limitée)
  • Papier/journaux sans encre colorée (en quantité limitée)
  • Feuilles mortes (éviter noyer et conifère)
  • Gazon (en quantité limitée)
  • Plantes, fleurs (éviter plantes très malades)
  • Mauvaises herbes (avant la montée en graine)
  • Broussailles (si déchiquetées)
  • Sciure de bois (en quantité limitée)[1]
  • Cheveux (eh oui!)
Surtout ne pas mettre de viande, de litière animale et des produits laitiers sous peine d’attirer des animaux et que se dégagent des odeurs nauséabondes du compost.
Il est aussi très important de bien doser les matières carbonées ou dites sèches (papier journal, feuilles mortes, sciure de bois) avec les matières azotées dites humides (pelures de fruits et légumes, marc de café, etc.) Le meilleur truc est d’alterner les étages de matières sèches et humides, comme un mille-feuille. Comme activateur, il est suggéré d’utiliser soit du fumier de cheval ou de mouton décomposé, du compost ou de la terre à jardin.
b. L'humidité
Un tas de compost doit posséder une certaine humidité. Idéalement lorsqu’on tord la matière dans ses mains, un peu d’eau devrait s’écouler comme d’une éponge tordue. Si le tas est trop humide, les odeurs apparaîtront et dans ce cas on doit ajouter des matières sèches. Si le tas est trop sec, la décomposition sera alors plus lente; alors, ajoutez un peu d’eau.
c. L’aération 
Plus vous brassez le tas, plus la matière se décomposera rapidement. Effectuer un brassage au moins 1 fois par mois à l’aide d’une fourche. Chez nous, nous soulevons complètement la boîte à compost, la déposons à côté du tas et transférons la matière dans la boîte; ça aère très bien le tas et c'est moins exigeant que de brasser à la fourche.
d. Le déchiquetage Vos déchets de tables doivent être le plus petits possible. La matière sèche également (papier journal en lanières, feuilles déchiquetées avec la tondeuse). Si vous ne pouvez pas, cela n’est pas grave, mais l’humus sera plus long à obtenir.
Les feuilles déchiquetées font un excellent apport de matière carbonée

Voilà les règles de bases pour réaliser son compost. Lorsque vous ne saurez plus reconnaître les matières compostables, que la texture du compost sera fine et que celui-ci possédera une odeur de terre fraîche, alors il sera prêt à l’utilisation. Le compost peut être intégré à vos plates-bandes, peut enrichir le sol de vos plantes intérieures ou peut servir d’amendement pour votre pelouse.
Je suggère ici quelques liens internet pour les plus curieux. Aussi n’hésitez pas à visiter mon blogue et à venir me poser des questions sur le sujet; il me fera plaisir d’y répondre dans le meilleur de ma connaissance.

Surtout ayez du plaisir à le faire, partagez votre expérience avec votre famille et vos amis et, ayez de la persévérance !

Jasmine Kabuya Racine
Horticultrice
DEC technique en Commercialisation et paysage en horticulture ornementale
Certificat en sciences de l’environnement

Liens intéressants :

Où se procurer des compostières à valleyfield :
ROTEK plastique, 460, chemin Larocque. 1-877-373-6534
Boule bleue ou Blue Planet (150$)
Machine à terre 10,5 pi cubes (60,00$ à la MRC)
Soil saver de 12 pi cubes (60,00 $ à la MRC)

Mise à jour du billet: 22 avril 2015

[1] Informations tirées du Guide de compostage domestique et mode d'emploi de l'Enviro-cycle; BOUTARD, Armel, Le compostage, un outil à privilégier (notes de cours 2006).

3 commentaires:

  1. ...encore moi! Merci du rappel de la "recette" de compostage, un petit rappel n'est jamais de trop! Je ne sais pas si je trippe, mais j'aime bien l'odeur du compost quand je soulève le couvercle de la boîte!

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi j'aime bien l'odeur de ce compost prometteur ! Et il n'y arien de plus fascinant que de voir des résidus de table, un tas de feuilles et un peu de terre transformés en riche matière organique !
    Cette année, j'ai été plus assidue au compost : j'ai retourné plus souvent les tas et j'ai arrosé profondément deux fois. Je trouve que cela a grandement accéléré la décomposition. On finit jamais de s'améliorer !

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup pour les trucs sur le compost.... On ne sais jamais quoi y mettre ! Marc.

    RépondreSupprimer

J'adore vous lire!

Tiens, ça m'intéresse!

2010 6 commandements abattage abeille abeilles achat achat en ligne achillée acidanthera agriculture biologique agriculture urbaine agriculture urbaine. agroforesterie ail ail congelé ail des bois air aisselles Allium amarante amélanches aménagement aménagement comestible Aménagement paysager amendement An Inconvenient Thruth ancestral anciens ancolie André Bouchard anémone monarque aneth animaux annuelle annuelles annuelles comestibles applications arboretum arboriculteurs arbre Arbres Arbres Canada arbres fruitiers arbuste arbustes architecture de paysage arroche article asclepiade assemblée nationale atelier ateliers athyrium auteur auteure automne avant-après azalée bac bacs balade banane basilic beauté bébelles bégonias bénévolat bénévole bettervaes bettes beurre de karité bibliothèque bilan 2009 bisannuel bisanuelle bizarrerie bleuets blogue blogueur bois noir bois. bordure botanique bottes bouquet de fleurs bourdon bouturage boutures branches branches. Brésil bromélicaées bûches buissonnante bulbe bulbes bulbes automne bulbes printaniers café calendulas campagne Canada canna cannas carottes carton caryer causerie célastre centaurée céonomiser céphalanthe cephalanthus cerfeuil Châteauguay chêne chênes chenille Chicago choix chou cimicifuge ciné citation citoyens classiques clématite cloner coccinelle coléus colibri collations collecteur d'eau commande compost compostage compostage industriel composter concombres concours concours. conférence conservation contenants coquelicot coquelicots coquille d'oeuf coriandre cosmétique naturel cosmétiques non toxiques couche froide Coup de pouce coupe coupe-bordure courge couvre-sol créativité critique Crivert Crivert. crocosmia croissance cueillette cuisine cuisiner culture cultures D.I.Y. sagesse daphné David Suzuki débutant décès déchet déchets décoration démarche dentée déodorant design de jardin designers de jardins dessin Di Stasio dianthus disco soupe don eaux de pluie eaux de ruissellement échange école écologie. Edith Smeesters élaguage élagueur énergie enfant Enfants engrais entretien érable est été étêtage événement façade Facebook famille favorites femmes fermeture du jardin fertilisant fertilité du sol Festival international de Métis fête feuillage feuilles feuilles lustrées feuilles mortes feuillet figure film fils électriques fines herbes fleur d'ail Fleurbec fleuristerie fleurs fleurs plantes jardins Flora Ubana floraison flore flore laurentienne Floride folioles fongicide foresterie urbaine forêt forêt. érablière forêt. micocoulier fougère framboises Frédéric Back frêne frimas fruits gadgets gaffe Garant Gardens Illustrated gazon gel géranium germination germinations gestion de l'eau Gille Clément gingko Gisèle Lamoureux givre glaïeul Google gouttière graines grainetiers graminée graminées grenouilles grimpant guide guide du potager urbain haricots hémérocalles herbacées herbe à puce herbes héritage histoire hiver horticulture hostas huffington pots huiles essentielles hydrangée hysope hysope. identifications inauguration incroyables comestibles inégale insecte Insectes internet iris ironie jardin jardin botanique jardin. jardinage jardins Jardins de Métis JBM jeunes josée landry Jouer dehors julienne des dames jury kale Kim Thúy knautia La Bienvenue laideur laitues lancement lasagne le petit mas lectrice légumes ligulaire Lili Michaud limonade lisse livre livres lobélie. Louise Chèvrefils lumière maackia magazine maison Marabout marcottage marcotter Marie Selby Botanical garden Marie-Victorin marketing martin-pêcheur matière organique mauvaises herbes mélisse melon messicole Michael Pollan michel beauchamp micropousses mobilier de jardin mode de vie moisson en fleurs molène monarque mousses moutarde muguet multiplication murs végétalisés myrica Nancy J. Ondra narcisses nature naturel neige Noël noix nom commun nom latin noms vernaculaires nouveautés novembre odeur oeillet oiseaux omafra ombragé onagre. orchidées ouest outil outils paillis pak choi palmiers papillon parc des îles de Saint-Timothée Parc Jean-Drapeau parc régional Beauharnois-Salaberry parfum parfums Paris partage partie 1 partie 2 passion Patrice Fortier patrimoine peinture pelouse pépinière périlla permaculture permis persil petits fruits pétunia petunia exserta petunia multifida pétunias peuplier phacélie photo photographes photos phytophage pierres piments pin suisse pissenlit pivoines planifier plantation Plantcatching plante indigène plante potagère planter plantes plantes comestibles plantes d'intérieur plantes indigènes plantes médicinales plantes potagères plantes riveraines plantes sauvages plantes tropicales plate-bande plate-bande bouleau plate-bandes pluie poires poirier pois poivron pollinisateurs pommes pommier potager potées pots poudre d'hormone pratique pré fleuri prés primulas printemps prix pro procédé produits profil projet provisions prunes purin Québec racines rampante rare râteau ravageurs recette récolte reconnaître récupération rembourreur renaturalisation ressources rhododendron rhubarbe roches romarin rosiers rouge rudbeckie ruelle verte Salaberry-de-Valleyfield salade sauge saule scientifiques semence semences semi-ombragé semis sentier sentier comestible sentier Gisèle-Guérin-Rémillard serre shiso site sites société des plantes sol sec soleil sondage soucis styles substrat systèmes tâches taille taxi technique teigne du poireau terrarium terre terreau thym tiarelle tirage tomate tomate blanche tomates tondeuse topinambour tournesol Toxicodendron radicans transpiration transplanter trèfle trucs Trucs maison tubercules tulipes tulipier Ulmer urbainculteurs Valleyfield variétés du patrimoine vente vermicompostage vers verveine verveine citronnelle vesse-de-loup vidéo ville visite vivace vivaces Vivaces grimpantes vocabulaire voyage wollypocket
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner