29 avril 2009

Télégramme du jardin


Je suis bien occupée. Stop.
Il a fait tellement beau. On s'est offert un beau cadeau: 3 verges cube de terre bien noire. Stop.
La moitié de la terre ajoutée au jardin de la façade. D'ailleurs, j'ai semé les prés fleuris. Stop.
La liste de choses à achever est longue: aérer la pelouse arrière, la terreauter et l'ensemencer, finir la plate-bande qui longe le patio, remplir de terre et de compost les bacs du patio, couper des branches, semer les nicotines, cléomes, le blé et les roses trémières.Stop.
Et vous, avez-vous joué dehors ces derniers jours ? Stop.
D'une jardinière comblée.
 Fleurs d'érable de Norvège (Acer platanoides) et feuilles embrassant les futures fleurs du sureau (Sambucus racemosa)

22 avril 2009

Une rhubarbe qui sort du lit


Je la trouvais tellement belle cette rhubarbe toute fripée, comme si elle sortait de son lit (en tout cas moi, j'ai l'air un peu fripée ces temps-ci quand je sors du mien vers 6h00...). 

Si il y a bien une plante que j'aime déguster au printemps, c'est la rhubarbe. En compote, avec plein de sucre...Miam ! Ça se mange tout seul à la cuillère ou avec un yogourt nature bien gras...

La rhubarbe me fait penser aux jardins de grand-mères. Si j'avais le mandat de dessiner une plate-bande d'antan, il y aurait de la rhubarbe (Rheum sp.), des pivoines (Paeonia lactiflora, particulièrement la 'Bowl of Beauty'), des campanules (Campanula sp, le choix ne manque pas , mais allons-y avec la lactiflora 'London Anna' et la petite blanche des Carpates), accompagné en bordure de géraniums annuels rose nanane,  un trio d'Iris au choix et finalement, en arrière-plan, le fidèle Hydrangea paniculata pour son spectacle de fin d'été.

Une petite esquisse pour mieux imaginer ?

20 avril 2009

Des fleurs dans des bancs de cantine

J'avais l'intention de faire des bacs à fleurs avec du bois de palettes recyclées...Oui, oui, je me serais lancée dans cette aventure ! Mais à bien y repenser, ça aurait été une erreur, car le bois de palette, c'est souvent du pin tout tordu et fatigué...Pas génial pour faire de la construction de bacs !

Puis, il y a quelques semaines, j'ai remarqué que le propriétaire de la cantine, laquelle est située au sud de ma cour arrière et qui pendant l'été attire de nombreux fans de patates grasses, avait jeté ses tables et bancs de bois puisque de nouvelles tables à pique-niques avaient pris place sous l'auvent.

Je suis allée renifler du côté des poubelles...Pour découvrir que le bois de ces bancs étaient quasi intacts, parfaits pour confectionner des bacs à fleurs !

Toutefois, n'ayant pas l'âme d'une menuisière, c'est mon copain qui a entrepris dans la joie de faire le boulot. Il a créé des boîtes simples et sans fond seulement à partir des bancs. Même les anciennes visses ont été récupérées. Il a réalisé tout ça en quelques heures...c'est mon idole !

Comme notre patio de béton n'a pas de rambarde, les bacs auront comme mission de ceinturer une partie de l'espace tout en égayant l'atmosphère de leur contenu végétal. Parlant de contenu, nous comptons les remplir d'Asparagus (la plante d'intérieur, là !), de capucines, de persil, de coriandre, d'un plant de tomates cerise et du fruit de la passion acheté l'an passé. Ce sera beau et bon !

19 avril 2009

Un mois d'avril actif

Avril serait un mois idéal pour transplanter des végétaux au jardin, selon Pierre Gingras. Idéal parce que les plantes sont en dormance ce qui ne compromet pas leur floraison estivale. Évidemment, on ne transplante que les vivaces qui ont passé l'hiver dehors, pas celles qu'on achète à la pépinière et qui ont été produites dans une serre pendant l'hiver.
***
Aujourd'hui je me suis donné comme tâche de semer mes bettes à cardes, épinards, roquette et laitue. Trop tôt, pensez-vous ? Même pas ! Ces plantes adorent les températures fraîches pour germer, c'est ce que j'ai appris en lisant la chronique du 7 avril 2009 de Pierre Gingras. La jardinière Manon Collard, qu'on retrouve à www.jardin potager, ajoute même à cette liste les radis, les bok choys, les pois, les navets et les carottes ! Naturellement, le semis précoce de ces plantes potagères s'applique à la région métropolitaine.
***
Je suis en ce moment en train d'expérimenter quelque chose...Aérer ma pelouse manuellement ! À l'aide de ma fourche, je pique mon gazon, bien compacté par l'ancienne piscine, à tous les 10 cm. Je prévois étendre de la terre enrichie de fumier puis de réensemencer avec un mélange de graminées pour l'ombre intense et du trèfle blanc. Je voulais économiser sur la location de la machine pour aérer, mais je me rends compte que le temps demandé à le faire à la main (ou devrais-je dire au pied !) est quand même long. Toutefois, j'ai le temps de le faire et puis la cour arrière est relativement petite ( ne reproduisez pas cela sur un terrain de 10 000 pieds carrés !). Je vous reparlerai du résultat...

17 avril 2009

La Voie pavée


Dans un de mes premiers billets datant du 25 août 2008, je racontais l'histoire de notre pré fleuri né des entrailles d'un sentier projeté. La terre excavée pour réaliser le trottoir de pavé s'est cumulée en une jolie butte qui a inspiré à mon homme l'idée géniale de la couvrir de fleurs sauvages. Nous avons été conquis par notre projet et cette année, ce n'est pas un pré fleuri que nous aurons, mais trois !
Mais le sujet de ce billet n'est pas tant le pré que le fameux trottoir. Donc l'été passé, mon homme a donc excavé le sentier à la (très grande) sueur de son front à une profondeur de 18 pouces, car nous avons un sol argileux. Puis, nous avons commandé la pierre concassée ( le 0-3/4 pouces) pour la fondation et l'avons compactée nous-mêmes, pour finalement nous rendre compte qu'il en manquait...Ouf ! Passablement découragés, nous avons délaissé le projet et avons admiré ce trou béant de sentier pendant tout l'automne et l"hiver...Vous pouvez imaginer que nous avions hâte de contempler et de marcher sur un vrai trottoir ! 

Deux semaines après mon accouchement, nous faisions le bal des soumissionnaires; trois de Valleyfield et un de Beauharnois... c'est ce dernier qui a remporté le contrat. M. Dumouchel, jeune entrepreneur mordu de pavé uni, a entrepris la partie finale de notre projet. Nous étions si heureux de le voir travailler à notre place !

Aujourd'hui, s'achevaient les travaux...Nous sommes en extase ! On sort à tout moment pour parader sur notre pavé...Je ne pensais pas aimer autant du pavé uni...Moi, qui suis plutôt vendue à la pierre naturelle...Toutefois, je le concède, ces blocs de béton déguisés en pierre font l'affaire et pour le prix nous avons quelque chose de très bien.
Je vous laisse comparer les photos avant-après...C'est surprenant de voir à quel point quelques travaux modifient l'apparence de la maison...Et attendez de voir quand il y aura une végétation luxuriante !

Détails du projet:
-150 pieds carrés de sentiers (100 pieds carrés pour le sentier en courbe)
-coût approx : 2200 $ (comprend l'achat de la roche et la location du pied compacteur pour la première phase)
-Blocs Allegro, Beige mojave de Techobloc pour le pavé et Blocs Belgik beige mojave pour la bordure du stationnement
-Fondation 18 pouces de pierres concassées 0-3/4 de pouces pour sol argileux


16 avril 2009

Tomates repiquées, basilic semé et une tisane à leur santé !


Les tomates 'Galina' et 'Iberville' ayant fait apparaître leurs vraie nature foliaire, il fallait bien leur trouver nouvelle demeure plus vaste que la cellule. C'est en groupe de 4 que j'ai relogées les solanacées dans des pots de 4 pouces. J'ai été bien heureuse de constater que la 'Galina' avait germé à 100 % et que les 16 graines sur 18 de la 'Iberville' répondaient à l'appel de la Vie. Bref, encore une fois, je ne manquerai pas de tomates à planter au jardin et à partager !

L'été passé, j'ai adoré avoir du basilic sous la main; quelques feuilles de basilic dans la vinaigrette, un bouquet en touche finale dans la sauce bolognaise...Cet été, je renouvelle l'expérience en espérant cette fois avoir des tonnes de basilic pour faire du pesto ! Pour ça, paraît-il rien de mieux que la variété italienne 'Genovese'. On saupoudre les minuscules graines rondes sur un terreau à semis, on m
et le tout à la chaleur et d'ici deux semaines de petites pousses devraient apparaître. Il faudra les dorloter, car elles sont fragiles !


Dans le même après-midi, j'ai eu aussi le temps (il faut dire que les deux enfants faisaient leur sieste...ça aide !) de semer la Lobelia syphilitica (elle, c'est une belle découverte faite avec ma collègue Suzanne lors de la tournée d'identification du patrimoine végétale des Floralies, la lobélie aux fleurs bleu-mauve se ressème avec grâce dans le jardin de l'Autriche) et l'Amaranthus hypochondriacus qui peut atteindre les deux mètres avec ses fleurs pourpres.

***
Ma mère et moi essayons de partir l'Herbe des Pampas (Cortaderia selloana) par semis et j'ai ajouté à cette graminée la Stipa tenuissima. J'adore cette dernière pour sa panicule verte qui apparaît tôt en été et prend des teintes dorées à mesure que la belle saison file. Idéale pour inspirer au jardin un air de vacances et de légèreté. J'ai aussi sorti du frigo mes semis de Nicotiana sylvestris et de Cleome hassleriana. D'ailleurs, j'avais offert des graines de cette dernière à ma belle-maman Micheline en lui spécifiant qu'il fallait leur donner une petite dose de froid pour qu'elles germent -c'est ce que j'avais lu sur le net. Quelle ne fut pas ma surprise de voir chez elle en fin de semaine passée, le cléome germer très bien et ce, sans traitement sibérien ! Ah ben, il semblerait que ce ne soit pas un préalable ce froid ! 

À ce jour, je suis une jardinière comblée. Les semis vont bien et aucune trace de fonte des semis...Est-ce que ma tisane magique aurait fonctionné ? Ou le champignon se fait discret et importune ailleurs ? Dans tous les cas, je vous donne ici ma recette inspirée d'Yves Gagnon:

Tisane pour contrer la fonte des semis

Faire infuser 7 g de fleurs de camomille dans 1 litre d'eau. Je prends ici des sachets de tisanes et je laisse refroidir la boisson. Je met le tout dans un vaporisateur (vous pouvez diluer la recette) et j'arrose fréquemment mes bébés semis avec ça !

13 avril 2009

Les crocus ressuscités



Ça me fait tellement plaisir de voir revenir ces petits crocus si simples ! Je croyais que mon copains les avaient évincer l'an passé (quand mon chum nettoie, il nettoie !)... Cela a mené à la conclusion que je devais lui dire plus clairement ce à quoi je tenais au jardin et de lui spécifier ce qui faisait partie du jardin ou non: "C'est toi la spécialiste ! " a-t-il déclaré, "J't'connais pas toutes les petites pousses du jardin et je ne sais pas tout le temps si c'est une mauvaise herbe ou pas..."

Bref, la communication dans le couple, c'est important. Ça permet de sauver même des crocus...


08 avril 2009

Des plantes potagères et des outils

Moi qui ai tant parlé de semis, je suis indigne en ne donnant pas de nouvelles de mes petits protégés !

Depuis quelques jours déjà, mes semis de tomates (Lycopersicon esculentum) montrent leurs cotylédons dans la lumière naturelle du bureau. Cette année, j'ai opté pour les variétés suivantes: 'Galina' , variété sibérienne qui portera des cerises jaunes; pour une seconde année, la 'Matt's wild cherry' qui, elle aussi, offre des tomates cerises mais d'un beau rouge bonbon ; et finalement, la vieille variété disparue du commerce, la 'Iberville', dont les fruits de taille moyenne sont, paraît-il, abondants. Toutes ces tomates sont de croissance indéterminée (c'est-à-dire que la fructification n'a de cesse que lorsque le froid s'y met) et leurs semences proviennent de la Société de plantes.

J'ai semé donc environ une vingtaine de plants de chaque variété. Les tomates seront principalement plantées dans des bacs et de pots sur la patio, au soleil, puisque le reste de la cour est un tantinet ombragé. J'aime aussi insérer des plantes potagères dans les plates-bandes fleuries de la façade: l'an passé mes voisins trouvaient curieux de voir croître un plant de tomate entre une Inula, des hostas et de la Verberna bonariensis ! Cette année, je renouvelle l'expérience en plantant des épinards et de la roquette en bordure de la grande dame Nicotiana sylvestris (voir photo) et de la Nemophila. Pourquoi pas ?! J'ai bien aimé aussi cultiver les bettes à cardes avec leurs tiges rouges et jaunes et leurs feuilles délicieusement croquantes. Donc, la bette à carde 'Golden' retrouvera sa place dans la plate-bande avec les nouvelles recrues que sont les Digitalis, les capucines 'Empress of India' et la Lobelia syphilitica

Outre les tomates, poussent aussi la cobée, les piments d'Espelette, que je suis si contente d'essayer pour la première fois, et le Plectranthus. Ce dernier n'a fait germé qu'une graine...j'espère en avoir un peu plus car j'escomptais en mettre tout plein en bordure du sentier qui mène du stationnement à la porte d'entrée ! 

***
Lundi passé, je me suis fais plaisir. Je me suis achetée un beau balai extérieur (parce que la fille était tannée de balayer le patio de béton les samares avec son petit balai Oscar !) et un sécateur à long manche pour couper les branches trop grosses pour mon sécateur Felco et trop petites pour sortir la "chainsaw" ! Tranquillement, on s'équipe en outils et j'essaie de ne pas refaire la gaffe d'acheter "cheap" ; parce que c'est très frustrant de niveler la terre avec un râteau neuf et qu'au bout de quelques va-et-vient d'assister au divorce entre le manche  et les dents de métal... C'est après cet événement, que j'ai pris la résolution d'acheter que des outils qui portaient la mention " offrira 40 ans de loyaux et bons services", comme ma superbe fourche Heavy duty pour retourner la terre ou brasser le compost. C'est d'ailleurs mon outil favori, après mon sécateur bien sûr, qui est mon scout fidèle: accroché à ma taille, il est toujours prêt à tailler !

Photos par Jasmine, la première montre le Piment d'Espelette et la seconde la Nicotiana sylvestris à son acmé à l'été 2008.

07 avril 2009

Un trône recyclé

Régis est un grand ami de notre famille. Pendant des années, il a travaillé dans des organisations pour la lutte contre le sida. Mais aujourd'hui,  Régis s'est engagé dans un autre genre de lutte : celle de l'abus de consommation. Il transforme donc des meubles abandonnés par leur propriétaire, les renippe, leur donne parfois une tout autre utilité et surtout, les rend écologiquement esthétiques !

L'été passé, Régis avait trouvé au vidange une jolie chaise en osier qui ne demandait qu'un léger décapage et une modification du siège. Il l'a adopté, bichounné, rhabillé son siège de rayures vertes et blanches puis, me l'a offerte ! Elle va à merveille dans mon jardin, c'est mon trône ! Ma visite se chicane même la fameuse chaise : elle est si confortable !
C'est sous la bannière Luwiss que Régis ainsi que deux comparses feront des meubles recyclés. Bien sûr, Régis continuera à récupérer ces meubles orphelins de la rue pour leur donner une seconde vie, mais il lui est possible aussi de partir d'un de vos meubles favoris, qui a l'air un peu fatigué par les années, et de les rafistoler, de les rembourrer et de les draper de nouveaux tissus.

Je vous invite à voir son épatante galerie de photos et qui sait, peut-être voudrez-vous adopter un de ses petits chefs-d'oeuvre ou voudrez-vous lui confier un de vos meubles fétiches qui a besoin d'être ragaillardi...


Croire en l'échinacée et en à la fée des dents


Avertissement. Ceux et celles qui croient dur comme fer que prendre l'échinacée pour contrer un vilain rhume est 100% efficace ne lisez pas ce billet !

En effet, un article du New York Times fait état d'une vaste révision des 700 études réalisées sur les effets de l'échinacée sur le rhume. Conclusion ? On est pas si sûr que la fameuse astéracée aide vraiment à prévenir le rhume ou du moins, à en diminuer les effets. En général, les études similaires s'entendent pour dire que l'échinacée réduirait de 58 % le risque d'attraper un rhume. Et réduirait un peu son amplitude, mais encore là, les scientifiques sont sceptiques. Certains chercheurs ont vu des effets positifs de l'échinacée et d'autres absolument pas !

Comment explique-t-on ce manque de cohérence dans les résultats ? Il y aurait plus de 200 types de virus qui causent le rhume (!) et les chercheurs auraient utiliser des espèces différentes d'échinacées pour leurs tests cliniques...

Bref, prendre de l'échinacée ne fait pas de tort, mais peut aussi être superflu...C'est un peu comme croire en la fée des dents, on perd pas grand chose à y croire, juste d'être un peu déçu de constater au réveil qu'il n'y a rien sous l'oreiller...

photo: Echinacea, tirée de Wikipédia

03 avril 2009

Vente à moitié prix !

Quand je vois le mot "vente" annexé du fameux "50 % de rabais"  il y a quelque chose en moi qui se réveille, genre la Homo consumerus, surtout quand il s'agit de semences !!!

Ça faisait déjà trois semaines que je m'amusais à dérouler sur l'écran le catalogue de Gardens North, compagnie ontarienne spécialisée dans la vente de semences de ligneux, de vivaces et d'annuelles rares et adaptées à notre climat. Depuis trois semaines que je m'amusais donc "à mettre dans mon panier" des semences de Digitalis ferruginea, d'agastache, d'angélique, de primevères et bien d'autres vivaces et bisannuelles. Je repoussais le moment de sortir ma "chikchik" pour finaliser mes achats (mon homme aurait vu sur notre compte Visa encore des achats de semences et je me serais fait sermonner !)...Jusqu'à ce qu'un beau matin de poisson d'avril, je vois sur leur site qu'ils vendent toutes les semences à 50 % de rabais  (exceptées les semences fraîches) ! J'ai bien fait d'attendre...

En plus, mon homme désirait acheter des semences de Primula mistassinica, une primevère qui pousse au Québec et qui exhibe de jolies fleurs rose lavande. "Ah oui, mon amour, tu veux la petite primevère ? Pas de problème, on l'achète..." Moi, refuser d'acheter un végétal...Voyons ! Surtout qu'il ne pourra pas me chicaner de dépenser encore pour des semences s'il participe lui aussi à l'achat...

Allez jeter un coup d'oeil...et laissez-vous tenter !

photo issue du même site, Digitalis ferruginea dans sa splendeur.

01 avril 2009

Joyeux anniversaire joyeux propriétaires!

Oui, oui, c'est notre anniversaire!
Cela fait un an que nous sommes de joyeux propriétaires...Bon, on essaie de ne pas trop penser à l'hypothèque qui reste à payer, mais avouez qu'avoir son terrain, sa maison c'est déjà un grand pas !

Après avoir déménagé pas moins d'une quinzaine de fois dans ma vie dans la "très belle ville de Québec" et dans l'excitante ville de Montréal, j'ai atterri à Saint-Timothée, ou plutôt à Valleyfield, ville que je n'aurais pas pu placer sur la carte il y a deux ans lorsque mon copain s'est vu offrir un poste de professeur.

En ce moment, je regarde la cour arrière et me dis qu'être propriétaire c'est génial et en même temps exigeant. Refaire la clôture, passer le râteau, passer la tondeuse, désherber, tailler, laver les fenêtres, vider les gouttières...la liste des tâches extérieures est bien longue ! Sans compter ce qui reste à faire en dedans !

Cet été j'aurai l'extraordinaire chance de jouer à la maman à la maison et de jouer dehors ! Oui, oui, je ne travaillerai pas (merci Régime d'assurance parentale !). Ne pas travailler l'été c'est un peu comme retourner aux jours d'enfance et d'adolescence où je passais mes journées à faire de la bicyclette, à me baigner, à écrire des histoires, à lire des romans, à cueillir des fleurs sauvages et à cultiver un mini potager. C'est sûr qu'aujourd'hui il faut ajouter à cette liste d'activités les 5-6 brassées de lavages, le paiement de factures, la popote et autres tâches d'entretien de la maison...Malgré cela, je me considère encore chanceuse puisque je peux faire toutes ces choses sans être à la course!

Surtout, j'aurai tout l'été pour jouer dans le jardin avec mes deux petits amours à mes côtés. Ça, c'est merveilleux. 

photo par Jasmine: Louis, joyeux propriétaire, élaguant un érable de Norvège, printemps 2008.

Tiens, ça m'intéresse!

2010 6 commandements abattage abeille abeilles achat achat en ligne achillée acidanthera agriculture biologique agriculture urbaine agriculture urbaine. agroforesterie ail ail congelé ail des bois air aisselles Allium amarante amélanches aménagement aménagement comestible Aménagement paysager amendement An Inconvenient Thruth ancestral anciens ancolie André Bouchard anémone monarque aneth animaux annuelle annuelles annuelles comestibles applications arboretum arboriculteurs arbre Arbres Arbres Canada arbres fruitiers arbuste arbustes architecture de paysage arroche article asclepiade assemblée nationale atelier ateliers athyrium auteur auteure automne avant-après azalée bac bacs balade banane basilic beauté bébelles bégonias bénévolat bénévole bettervaes beurre de karité bibliothèque bilan 2009 bisannuel bisanuelle bizarrerie bleuets blogue blogueur bois noir bois. bordure botanique bottes bouquet de fleurs bourdon bouturage boutures branches branches. Brésil bromélicaées bûches buissonnante bulbe bulbes bulbes automne bulbes printaniers café calendulas campagne Canada canna cannas carottes carton caryer causerie célastre centaurée céonomiser céphalanthe cephalanthus cerfeuil Châteauguay chêne chênes chenille Chicago choix chou cimicifuge ciné citation citoyens classiques clématite cloner coccinelle coléus colibri collations collecteur d'eau commande compost compostage compostage industriel composter concombres concours concours. conférence conservation contenants coquelicot coquelicots coquille d'oeuf coriandre cosmétique naturel cosmétiques non toxiques couche froide Coup de pouce coupe coupe-bordure courge couvre-sol créativité critique Crivert Crivert. crocosmia croissance cueillette cuisine cuisiner culture cultures D.I.Y. sagesse daphné David Suzuki débutant décès déchet déchets décoration démarche dentée déodorant design de jardin designers de jardins dessin Di Stasio dianthus disco soupe don eaux de pluie eaux de ruissellement échange école écologie. Edith Smeesters élaguage élagueur énergie enfant Enfants engrais entretien érable est été étêtage événement façade Facebook famille favorites femmes fermeture du jardin fertilisant fertilité du sol Festival international de Métis fête feuillage feuilles feuilles lustrées feuilles mortes feuillet figure film fils électriques fines herbes fleur d'ail Fleurbec fleuristerie fleurs fleurs plantes jardins Flora Ubana floraison flore flore laurentienne Floride folioles fongicide foresterie urbaine forêt forêt. érablière forêt. micocoulier framboises Frédéric Back frêne frimas fruits gadgets gaffe Garant Gardens Illustrated gazon gel géranium germination germinations gestion de l'eau Gille Clément gingko Gisèle Lamoureux givre glaïeul Google gouttière graines grainetiers graminée graminées grenouilles grimpant guide guide du potager urbain haricots hémérocalles herbacées herbe à puce héritage histoire hiver horticulture huffington pots huiles essentielles hydrangée hysope hysope. identifications inauguration incroyables comestibles inégale insecte Insectes internet iris ironie jardin jardin botanique jardin. jardinage jardins Jardins de Métis JBM jeunes josée landry Jouer dehors julienne des dames jury kale Kim Thúy knautia La Bienvenue laideur laitues lancement lasagne le petit mas lectrice légumes ligulaire Lili Michaud limonade lisse livre livres lobélie. Louise Chèvrefils lumière maackia magazine maison Marabout marcottage marcotter Marie Selby Botanical garden Marie-Victorin marketing martin-pêcheur matière organique mauvaises herbes mélisse melon messicole Michael Pollan michel beauchamp micropousses mobilier de jardin mode de vie moisson en fleurs molène monarque mousses moutarde muguet multiplication murs végétalisés myrica Nancy J. Ondra narcisses nature naturel neige Noël noix nom commun nom latin noms vernaculaires nouveautés novembre odeur oeillet oiseaux omafra ombragé onagre. orchidées ouest outil outils paillis pak choi palmiers papillon parc des îles de Saint-Timothée Parc Jean-Drapeau parc régional Beauharnois-Salaberry parfum parfums Paris partage partie 1 partie 2 passion Patrice Fortier patrimoine peinture pelouse pépinière périlla permaculture permis persil petits fruits pétunia petunia exserta petunia multifida pétunias peuplier phacélie photo photographes photos phytophage pierres piments pin suisse pissenlit pivoines planifier plantation Plantcatching plante indigène plante potagère planter plantes plantes comestibles plantes d'intérieur plantes indigènes plantes médicinales plantes potagères plantes riveraines plantes sauvages plantes tropicales plate-bande plate-bande bouleau plate-bandes pluie poires poirier pois poivron pollinisateurs pommes pommier potager potées pots poudre d'hormone pratique pré fleuri prés primulas printemps prix pro procédé produits profil projet provisions prunes purin Québec racines rampante rare râteau ravageurs recette récolte reconnaître récupération rembourreur renaturalisation ressources rhododendron rhubarbe roches romarin rosiers rouge rudbeckie ruelle verte Salaberry-de-Valleyfield salade sauge saule scientifiques semence semences semi-ombragé semis sentier sentier comestible sentier Gisèle-Guérin-Rémillard serre shiso site sites société des plantes sol sec soleil sondage soucis styles substrat systèmes tâches taille taxi technique teigne du poireau terrarium terre terreau thym tiarelle tirage tomate tomate blanche tomates tondeuse topinambour tournesol Toxicodendron radicans transpiration transplanter trèfle trucs Trucs maison tubercules tulipes tulipier Ulmer urbainculteurs Valleyfield variétés du patrimoine vente vermicompostage vers verveine verveine citronnelle vesse-de-loup vidéo ville visite vivace vivaces Vivaces grimpantes vocabulaire voyage wollypocket
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
L'auteur de ce site écrit pour son plaisir avec toute la rigueur possible. Dans ce sens, elle ne saurait prétendre que ses conseils sont les meilleurs. Notez donc que l'auteur n'est donc pas responsable des résultats négatifs suite à des conseils offerts ici.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner