Gardez vos pissenlits!

La chasse aux pissenlits est officiellement ouverte dans mon quartier: voisins et voisines s'acharnent à déterrer le Taraxacum officinale de leur pelouse lisse et verte. Je ne suis pas en reste puisque moi aussi j'ai arraché quelques dizaines de pissenlits de nos prés fleuris. Toutefois, je leur réserve un sort différent. Point de mort au dépotoir, mais plutôt une seconde vie : celle de purin.

D'abord, que sont les purins? Yves Gagnon, dans son ouvrage intitulé Le jardin écologique, explique que "Les purins sont des macérations de végétaux fermentés. Ils servent principalement à stimuler la croissance des végétaux en leur apportant des éléments nutritifs facilement assimilables. Certains purins jouent un rôle insecticide, insectifuge ou fongicide."

Le pissenlit est une plante tout indiquée pour la fabrication d'un purin riche en phosphore, tout comme  la moutarde et la verge d'or, qui possèdent également des fleurs jaunes. Pour réaliser son purin, rien de plus facile. On cueille la plante désirée et on la dépose dans un récipient de bois ou de plastique (chez moi, plastique) jusqu'à la moitié. Ensuite on couvre les plantes d'eau de pluie, si possible, jusqu'au bord. On mélangera une fois par jour pendant une dizaine de jours. La fermentation est terminée lorsque le purin est bien odorant et que la mousse à cesser de se former. Il faut diluer le liquide dans 20 parties d'eau avant son utilisation sur un sol sec et diluer dans 3 parties d'eau sur un sol humide. Dilué dans 50 parties d'eau, le liquide peut être appliqué directement sur le feuillage.

Ce genre d'action peut être réalisée deux à trois fois dans l'été et donnera un petit coup de pouce aux plantes déjà établies. Le purin de pissenlit est idéal pour les tomates étant donné qu'elles sont gourmandes en phosphore (ce minéral essentiel fournit une excellente mise à fruit). Les courges d'hiver et les citrouilles également raffoleront de cet fertilisant.

Je termine ce billet sur la prose botanique de ce cher Marie-Victorin, au sujet des pissenlits, question de redorer son image!

"Cette plante ubiquiste est très précieuse: la racine est diurétique, légèrement laxative et purificatrice du sang; les fleurs fournissent un excellent vin; les feuilles donnent au printemps, avant toute culture, une excellente salade, qui toutefois dans notre province n'est guère prisée que par les étrangers. C'est le Pissenlit qui donne, vers le commencement de mai, la première miellée notable du printemps, fournissant abondamment aux abeilles,-que l'on peut cesser de nourrir à ce moment,-nectar et pollen."

Extrait tiré de la Flore laurentienne, Frère Marie-Victorin, Les Presses de l'Université de Montréal, 1995, p. 554.

Commentaires

  1. Merci Jasmine pour ce billet: j'avoue que franchement, tu m'en bouches un coin sur cette végétation que je m'apprêtais justement à arracher!
    Ça me donne aussi une leçon sur la sagesse de la nature: ce n'est pas pour rien que toutes ces espèces existent, elles sont utiles et ont toutes des rôles précis à jouer...Bravo pour le partage d'info, t'es trop cool.

    RépondreEffacer
  2. Ça fait plaisir! Je cherche souvent à voir le bon côté des choses, même des mauvaises herbes!

    RépondreEffacer
  3. Bonjour,

    Bravo ! votre blog est très intéressant, merci de tout ce partage.

    RépondreEffacer
  4. Jardinus naturalis7 juin 2010 à 08 h 35

    Merci Jasmine,

    Un procédé naturel très intéressant.
    Outre le liquide obtenu, peut-on utilisé les résidus solides du purin ?
    Encore merci pour ces conseils pour un monde plus bio ! (...)

    Jardinus naturalis

    RépondreEffacer
  5. Bpnjour Jardinus,
    Merci du commentaire. Pour ma part, j'ai tout simplement mis les résidus au compost. Est-ce une bonne idée? Je ne sais pas. Mais cela me semblait l'idée la plus logique!
    Bon jardinage!

    RépondreEffacer

Publier un commentaire

J'adore vous lire!

Messages les plus consultés de ce blogue

Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

Une cabane dans un arbre...pour les grands !

Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

Où acheter ses semences sur Internet

Faire pousser des tomates à l'envers...

De l'ail, s'il-vous-plaît !

Au coeur de l'été, une boisson rafraîchissante