Planter un arbuste : deux écoles de pensée

Moi qui écrivais il y a quelques jours que je me devais d'être patiente dans la réalisation de la façade, je n'ai pas pu m'empêcher de quitter la pépinière hier avec sous le bras un Amelanchier canadensis. Croyez-moi j'y étais allée seulement pour acheter un sac de semences à gazon pour l'ombre...

Et puis, sur mon plan d'aménagement, j'avais déjà prévu un espace pour ce bel arbuste qui très bientôt fleurira.

Comme il pourrait atteindre les 3 mètres de largeur et les 6 mètres de hauteur, nous lui avons réservé un bel espace au milieu du terrain de la façade. L'Amelanchier tolère à peu près tous types de sols (le nôtre étant acide et argileux) et il est fort rustique (on le retrouve en zone 2 !). Et puis...c'est un de nos arbustes indigènes !

***
En creusant le site du futur locataire, je pensais à ce prof en horticulture qui nous parlait des deux écoles de pensée au sujet de la plantation d'arbres et d'arbustes. La première école préconise de planter les ligneux en leur faisant une plus grande fosse que la motte et d'y ajouter du compost, de la nouvelle terre, surtout si celle existante s'avère pauvre ou trop compacte, et autres composants que le planteur juge nécessaires (os moulu, mycorhizes, etc.) L'autre école est beaucoup plus sévère: elle demande l'adaptation immédiate de l'arbuste à ces nouvelles conditions en lui imposant le sol existant ni plus ni moins. 

Selon moi, il est plus raisonnable d'appliquer les deux écoles, de fondre leurs principes ensemble. Par exemple, pour mon arbuste, j'ai ajouté au fond du trou un peu de compost maison et j'ai remis dans sa fosse de plantation, le sol existant. Cette méthode mixte fonctionne surtout si l'arbuste ou l'arbre choisi a été sélectionné selon l'environnement existant. On doit le plus possible adapter nos choix de végétaux à notre type de sol et non pas l'inverse, au risque d'être déçu par le manque de vigueur  d'un rhododendron planté dans un sol calcaire...

Commentaires

  1. Salut Jasmine, nous avons planté 5 amélanchiers dans notre cour arrière avec la méthode que tu décris et ils sont tous en santé splendide! Je dirais donc que tes chances de réussite sont excellentes... :-)

    RépondreEffacer
  2. Cinq amélanchiers !!! Wow ça doit vous faire un très beau spectacle printanier ! Contente de voir que nous plantons de la même façon.
    J'ai bien hâte de pouvoir marcher sous notre amélanchier en fleur et de voir les oiseaux déguster tous ses fruits...

    RépondreEffacer
  3. Nous adorons ces arbres... Toujours en beauté avec leurs belles fleurs blanches au printemps, les fruits un peu plus tard dont les oiseaux raffolent (pas méchant du tout d'ailleurs... les fruits...) et les feuilles qui tournent couleur 'rouille-cuivre' en automne. Définitivement un excellent choix!

    RépondreEffacer
  4. Et leur feuillage est de toute beauté en ce moment.
    Avant (il y a une 20ène d'années), on pouvait planter sans risque arbustes et vivaces sans amender (en connaissant la nature de notre terre bien sûr). Maintenant, en voyant le substrat dans lequel les plantes sont vendues (pas dans toutes les jardineries heureusement), on a vraiment intérêt à améliorer notre terre pour ne pas que la plante crève dès plantation. Je suis tout à fait d'accord avec toi quand tu dis qu'on doit planter en accord avec l'environnement existant.

    RépondreEffacer

Publier un commentaire

J'adore vous lire!

Messages les plus consultés de ce blogue

Arracher des pissenlits, une guerre enrichissante

Une cabane dans un arbre...pour les grands !

Faire pousser des tomates à l'envers: le bricolage

Qu'ont en commun les oeufs, les bananes et le café?

Les meilleurs catalogues de semences (version papier) à consulter

Où acheter ses semences sur Internet

Au coeur de l'été, une boisson rafraîchissante

Gardez vos pissenlits!

De l'ail, s'il-vous-plaît !

Faire pousser des tomates à l'envers...